Tiens, y'a un nouvel OS dans l'potage !

Par 21 novembre 2008

Alors que depuis la divulgation des premières infos sur la future licence Windows 7 de Microsoft, le petit monde de l'informatique est en émoi, la sortie de la dernière version d'un autre système d'exploitation est passée pour le moins inaperçue.

Que les fans d'Apple se calment, il ne s'agit pas d'une nouvelle mouture féline de Mac OS. Il ne s'agit pas non plus d'une nouvelle espèce de manchot découverte sur les rivages glacés d'un serveur Internet moldave... Au moment même où nos maillots d'estivants prenaient résidence dans les armoires, le mois de septembre a vu arriver sur les étals (sur quelques très rares étals en fait) la version 4.1 de l'AmigaOs.

J'imagine déjà quelques sourires enjoués à cette annonce, et je le pense, quelques personnes déconfites à l'idée que des spécialistes de la veille technologique relatent des faits qui pour beaucoup ont plus leur place dans une revue historique que sur un site High-Tech ! Et bien qu'à cela ne tienne, AmigaOs 4.1 est là, et cela méritait bien que j'ouvre une parenthèse sur le sujet !

Mais c'est quoi ce truc ?

[Mode Geek : On]

Avant d'allez plus loin, un petit rappel des faits. Comment oublier la gamme Amiga, machine aujourd'hui culte, produite par la non-moins culte société Commodore. L'AmigaOs (anciennement Workbench) est le système d'exploitation qui animait cette génération de machine.

AmigaOs, c'est donc un système "alternatif" au même titre que Linux, avec la particularité qu'il ne peut fonctionner sur des plates-formes type "X86", mais uniquement sur des plates-formes spécifiques - les dits Amiga. Petit bémol cependant (si des possesseurs d'Amiga "classic" - c'est-à-dire reposant sur des architecture "68k" - lisent ces lignes, je partage leur tristesse...), inutile de penser sortir du placard votre vieil Amiga 500 et d'utiliser avec un pimpant AmigaOs 4.1. Ici on s'adresse à de "grosses" configurations de type AmigaOne (voir de machines à base de carte SAM44Oep).
[Mode Geek Off]

Oui... et après ?

Les personnes n'ayant pas encore ouvert leur client mail pour porter plainte auprès de Renaud Édouard-Baraud, pour la techno-chronologie défaillante de ce post, doivent se demander ce qui motive cette petite news ! Aurais-je des actions dans la société Hypérion qui édite le logiciel ? Serais-je membre d'une association secrète de défense des logiciels en voie de disparition ? Suis-je le fils caché de Bill Gates, qui, animé par une rancoeur intestine envers son géniteur voudrait renverser son empire et y substituer le sien ? Non... je vous rassure (et me rassure pour le coup) il n'en est rien ! En fait, loin de moi l'idée de faire ici du passéisme/sectarisme/intégrisme informatique (rayer la/les mention(s) inutile(s) ).

Je pense simplement qu'il est important (voire salutaire) de montrer que dans l'industrie laitière qu'est parfois l'informatique, il existe encore des communautés actives qui pensent que

1) il y a de place pour plus de 2,5 acteurs dans le monde des systèmes d'exploitation ;

2) Qu'il est important d'arriver à tirer le meilleur du matériel qu'on utilise, et donc d'optimiser au mieux les applications qu'on développe sans attendre que la montée en performance des machines vienne gommer les maladresses de programmation ;

3) Que les systèmes ne meurent que le jour où plus personne ne s'intéresse à eux.

N'oublions pas que ce sont des personnes de ce genre qui sont souvent à l'origine des plus grandes révolutions...

Alors, même si la sortie de ce nouvel OS ne fera vraisemblablement vibrer qu'une infime partie des utilisateurs d'outils informatique (dont, on l'aura bien compris, je fais parti), c'est quand même un plaisir sans fin d'en parler ici.

D'autres informations sont disponibles, sur un excellent et très complet test réalisé par l'équipe d'Arstechnica.

Voilà la parenthèse est fermée... pour le moment !

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas