Tofu le camp (virtuel)

Par 29 septembre 2010
Logo de TOFU

Le végétarien n’est pas forcément un grincheux au cheveu gras et au pull en laine recyclée aux coudes béants, uniquement préoccupé par le cri de la carotte. Il ne passe pas sa vie à parcourir voûté les allées de la biocoop à côté de chez lui, l’air renfrogné et occupé à calculer s’il aura son quota de protéines quotidien s’il succombe aux charmes d’un pâté végétarien aux champignons plutôt qu’au caviar d’algues. S’il ne représente encore que 2 % de la population française, ce n’est pas parce que son espérance de vie est aussi courte que celle des graines germées qu’il ingurgite. Mais parce qu’il reste difficile de s’imposer au sein d’une culture gastronomique pour qui viande et nourriture restent synonymes. Ou alors peut-être parce que pour beaucoup, mettre une croix sur les produits issus du vivant, c’est se retrouver acculé à mâchouiller de la salade et à remplacer son steak tartare par un feuilleté de tofu.

Ca tombe bien, pour montrer aux hordes de barbares omnivores - comment ça j’exagère - que cette fameuse pâte issue du lait de tonyu peut être aussi savoureuse que la viande du petit agneau retiré aux bras de sa mère - comment ça j’exagère - Nasoya lance Nasoya Tofu U, un site destiné à sensibiliser les consommateurs aux charmes du tofu. Et à véhiculer par la même occasion une image originale de la marque. Celui-ci, qui se présente comme une université virtuelle, diffuse moultes vidéos de recettes, conseils pour accommoder vos plats et précis historiques sur l’histoire de cette pâte. Le tout sous la forme de cours en classe ou à la cafétéria. Les plus curieux pourront même s’initier aux préceptes de la Tofulosophie, et gagner des coupons de la marque pour cuisiner au moins une fois par semaine du tofu. Et tenter de remporter d’encore plus précieux gains comme de superbes t-shirts et shorts de gym du label. Si vous ne le faites pas pour le petit agneau, vous pourrez toujours vous dire que vous l’aurez fait pour réaliser des économies...

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas