La totalité des clients de Tam Tam sera récupérée à terme par le centre

Par 29 octobre 1998
Mots-clés : Future of Retail, Europe

du Futuroscope. Malgré la fin de la commercialisation du service de radiomessagerie Tam Tam annoncée par Cegetel (voir la revue de presse du 22/10), les centres d’appels de Nancy et de Poitiers, em...

du Futuroscope.
Malgré la fin de la commercialisation du service de radiomessagerie Tam
Tam annoncée par Cegetel (voir la revue de presse du 22/10), les centres
d’appels de Nancy et de Poitiers, employant près de 150 téléopérateurs
chargés de répercuter les messages adressés aux détenteurs de ces pagers,
ne seront pas fermés.
En effet, même si Tam Tam s’arrête, le service se poursuit comme l’indique
Yves Moinier, directeur pour la région Nord et Est de Cegetel “les
détenteurs de nos produits peuvent continuer à les utiliser”.
L’opérateur entend laisser mourir Tam Tam de sa belle mort, faute
d’utilisateurs (aujourd’hui, un détenteur de Tam tam sur trois ne
l’utilise plus).
Bientôt le centre de Nancy ne traitera plus les appels de radiomessagerie,
mais répondra aux demandes concernant le “7” et SFR “A Nancy, nous
formons depuis plusieurs semaines le personnel aux différents services
clientèles de SFR, dont le 222, l’annuaire express des abonnés de SFR”.
L’arrêt de la commercialisation de Tam Tam n’aura pas de conséquences
immédiates sur le centre d’appels du Futoroscope à Poitiers. A terme, le
centre récupérera la totalité des messages traités initialement à Nancy.
Dans l’entourage de René Monory, le président du conseil général de la
Vienne, on précise “si à terme une réduction de l’activité du réseau Tam
Tam devait donner lieu à une baisse d’activités du centre d’appels, les
activités du groupe Cegetel sur le site reprendraient le personnel”.
(La Tribune 29/10/1998)

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas