TouchMedia : le tactile rapproche l'annonceur du consommateur

Par 20 janvier 2009

Avec les écrans mobiles du constructeur, les utilisateurs interagissent avec une publicité, même dans des environnements complexes. L'activité de ces consommateurs est mémorisée pour mesurer l'effet des campagnes.

Pour permettre aux annonceurs de mieux cibler leur public, TouchMedia parie sur des écrans tactiles interactifs portables. La compagnie chinoise a développé un dispositif qui s'embarque à l'intérieur des taxis et propose au passager de visionner et d'interagir avec une réclame. Le système semble prometteur : il a obtenu le premier prix du Red Herring Global 100, qui récompense les compagnies les plus innovantes. Le but de TouchMedia n'est pas simplement de trouver un autre canal publicitaire. Il s'agit de permettre aux annonceurs d'obtenir des données précises sur les utilisateurs et de parvenir à terme à un meilleur retour sur investissement. Chaque action effectuée par le client sur l'écran est enregistrée et mesurée par le système. Ce dernier propose aussi aux passagers d'indiquer leurs coordonnées.
Un meilleur ROI
Le tout est ensuite fourni à l'annonceur. Le système permet aussi d'atteindre un large public : plus de vingt millions de personnes visionnent des publicités sur l'écran pendant leur trajet en taxi, estimé à une vingtaine de minutes en moyenne. Et ses concepteurs ne souhaitent pas s'arrêter à l'univers des taxis chinois. L'un des intérêts de l'écran est en effet sa résistance à des températures extrêmes, à la poussière, aux vibrations, à l'humidité ou encore aux chocs. Le but étant d'en rendre possible la distribution dans un grand nombre d'environnements. Sur l'année 2009, la société espère ainsi dépasser les 200 millions de RMB de chiffre d'affaires.
Après le "Made in China", le "Invented in China"
Pour la société, cette récompense donne aussi la possibilité pour les entreprises chinoises de rappeler leur potentiel à innover. "De nombreuses personnes pensent à la Chine comme à une usine qui fabrique des produits inventés ailleurs", souligne ainsi le PDG. "Autant notre matériel que nos logiciels ont été conçus à Shanghai". C'est d'ailleurs en partie cet aspect que le journal américain a voulu récompenser en lui décernant cette récompense. La compétition a fait se confronter près de deux cents finalistes spécialisés dans les nouvelles technologies, et issus de trente pays différents. En fin d'année dernière, Red Herring organisait également à Stockholm la conférence ETRE, afin de permettre aux dirigeants de sociétés innovantes de se rencontrer. L'Atelier était parti débusquer les entreprises les plus prometteuses. Florilège.
Semantifind

Smeet

Weblin

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas