TPE et PME françaises, de plus en plus matures technologiquement

Par 24 octobre 2013
small business

Les habitudes et outils numériques pénètrent semble-t-il bien auprès des chefs d'entreprises de taille réduite, montrant l'importance de la maîtrise de ces outils sur l'actualisation des approches du marché.

Avec plus de 70% des chefs d'entreprises de TPE et PME françaises interrogés se disant à l'aise avec la technologie, on observe actuellement une normalisation du rapport aux outils numériques. C’est en effet ce que dévoile l’'agence de communication Linkeo dans la 3e édition annuelle de son étude sur les TPE et PME françaises face à l'économie numérique. Recentrée sur une approche par les outils et habitudes, l'étude met en lumière l'évolution du rapport des entreprises françaises au monde numérique. En l'occurrence il ne s'agit pas des entreprises travaillant dans le secteur du numérique uniquement, mais justement de la pénétration des outils, sites par exemple, et concepts, comme l'e-réputation, auprès des secteurs non spécifiquement appuyés sur les nouvelles technologies ou les télécommunications. Or, si l'utilité de ceux-ci ne porte plus à polémique, leur intégration auprès d'entités réduites ne possédant pas forcément de cellules dédiées montre que la transition numérique si elle n'est pas terminée est reconnue comme un enjeu réel par les PME et TPE, aussi bien dans les habitudes de travail que dans la formation des entrepreneurs.

La maîtrise des outils

Ainsi si les chefs d'entreprises privilégient encore les canaux de communication traditionnels, la gestion de la visibilité de l'entreprise s'appuyant encore sur le référencement naturel, plus d'un quart des interrogés est désormais présent de manière suivie et construite sur les réseaux sociaux, soit 16 points de plus qu'en 2012. Plutôt qu'une communication tout numérique, les réseaux sociaux, tout comme les sites internets, font désormais partie des supports possibles et s'insèrent dans une stratégie d'association afin de mieux convertir auprès des clients potentiels. Le site Internet justement se voit plébiscité dans son utilité, 79% reportant penser que celui-ci augmente la notoriété de l'entreprise. Comme l'exprime Richard Volodarski, Responsable marketing de Linkeo, "Le site internet est de plus en plus un outil qui génère du business, il y a un réel ROI [Return On Investment], même si les techniques traditionnelles sont toujours utiles." 85% des chefs d'entreprises disent ainsi profiter de leur site grâce aux demandes spontanées générées par les utilisateurs.

Une transition en voie d'achèvement

En dehors de l'utilisation à proprement parler des outils, la reconnaissance de l'importance des services numériques a de même évolué. Après la recommandation, c'est ainsi Internet au sens large qui apparait comme le plus important générateur de croissance selon le classement dressé par les entrepreneurs. De façon similaire, près de 30% d'entre eux estiment que l'outil numérique est plus à même de créer des opportunités de travail que la prospection sur le terrain. De façon similaire, les concepts inhérents à la culture numérique commencent à être reconnus, un peu moins de 40% des interrogés surveillant étroitement leur e-réputation. Pour expliquer ce relatif retard par rapport aux grandes entreprises, Richard Volodarski avance la différence d'effectif et de réalité du travail d'avec les grands comptes, mais se montre optimiste quant aux résultats donnés par l'étude : "De manière générale, on l'impression de la maturité, les petites entreprises ont de plus en plus le sens de la communication sur internet, et, deuxième point, l'acquisition des outils numériques ne se fait plus par mimétisme mais pour répondre à un réel besoin et une utilité propre."

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas