Le trading se cherche désormais sur les réseaux sociaux

Par 23 mars 2011
Mots-clés : Smart city, Asie-Pacifique
un homme regarde des chiffres

Les financiers australiens, en particulier les plus jeunes, prennent désormais de plus en plus le pouls des marchés sur les systèmes de diffusion d'information intégrant des mécanismes sociaux.

Pour s’informer plus efficacement de l’état des marchés, les traders vont de plus en plus chercher des informations sur des sites comme Twitter ou Facebook. C’est ce que révèle une étude menée par CMCMarket en Australie. Comme le souligne David Land, responsable des études chez CMC: « ce types de plateformes est notamment très utile pour les jeunes traders. Cela leur donne la possibilité de sentir plus facilement les futurs évolutions du marché en observant les comportements et les réactions des utilisateurs sur la toile »

Les jeunes : plus sensibles

En effet, plus de la moitié des investisseurs qui utilisent par exemple Facebook pour obtenir des informations ont entre 25 et 34 ans. Il existe également un fossé générationnel entre ceux qui utilisent Twitter et les autres. Twitter est en effet très populaire pour les traders âgés de moins de 35 ans. 59% d’entre eux avouent déjà l’avoir utilisé. Selon David Land « cela permet d’obtenir des informations en temps réel sur l’impact d’un événement sur le marché et de faire évoluer instantanément la stratégie du trader ». Et ces informations semblent pertinentes. Pour mémoire, d’après l’Université de l’Indiana et de Manchester Twitter peut prédire avec une fiabilité de presque 90 % l’évolution de l’indice boursier américain Dow Jones. Les plus de 45 ans préfèrent pourtant encore utiliser des logiciels d’information financière traditionnels.

Partager des informations sur la toile

Les forums spécialisés restent la source préférée pour 28% des traders, qui n’ont pas encore franchi le pas des réseaux sociaux .Une chose est sûr c’est qu’ils partagent de plus en plus les informations qu’ils possèdent, puisque près d’un quart d’entre eux sont très enthousiastes à l’idée de communiquer ce qu’ils savent sur la toile. Seul 8% sont encore totalement réticents à le faire.. Enfin, l’étude rend compte que les traders investissent de plus en plus en mobilité grâce aux smartphones. 17% des transactions se font en transit, les autres à domicile ou sur le lieu de travail.

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas