Transmettre les données via la lumière standard est désormais possible

Par 04 août 2011
Mots-clés : Smart city, Europe
Surfer sur un nouveau type de réseau à base de LEDs

Plutôt que d’employer des câbles ou des ondes radios pour transmettre les données, l’Institut Fraunhofer propose de recourir à des ondes lumineuses, dont l’efficacité serait au moins équivalente aux méthodes utilisées aujourd’hui comme le Wi-Fi.

Jusqu’à récemment, transmettre d’importantes quantités de données via une source lumineuse semblait irréalisable. Mais des chercheurs de l’Institut Fraunhofer Heinrich Hertz Institute (HHI) à Berlin sont finalement parvenus à relever le défi. Leur prouesse, faire voyager les données via un simple éclairage de plafond. En partenariat avec Siemens et France Telecom Orange Labs, les chercheurs avaient déjà fait une démonstration à Rennes, en Mai dernier de leur technologie. Ils avaient réussi à transférer des données à un débit de 100 Mbit/s sans aucune perte. « Nous avons transféré 4 vidéos en HD sur 4 ordinateurs en même temps » raconte Anagnostis Paraskevopoulos, l'un des chercheurs du HHI. 

Vers un nouveau type de réseau domestique ?

Ce type de technologie aussi appelée « WLAN optique », pourrait avoir de nombreuses applications. Même si pour l’instant, elle n’a pas vocation à remplacer les réseaux Wi-Fi actuels, ou les réseaux mobiles tels UMTS, elle pourrait leur être complémentaire. Les internautes pourraient bénéficier de la lumière environnante pour surfer sur leurs ordinateurs portables ou smartphones. Les chercheurs citent des lieux où le recours à des méthodes usuelles est impossible, comme les hôpitaux, qui prohibent les ondes radios pour ne pas perturber l’électronique médicale. 

Avantage principal de l’invention ? Le système lui-même, à base de composants standard, est relativement facile à mettre au point. Point faible ? Le flux de données seraient stoppé dès qu’un obstacle est mis entre la lumière et le récepteur, ce qui engendre des difficultés d’usage dans certains cas.

Ce type de réseau «Li-Fi» rappelle l’histoire du CPL (Courant Porteur en Ligne), qui en son temps, avait apporté une nouvelle manière de surfer sur les fils électriques, et qui a trouvé son marché. Reste à voir si le VLC trouvera le sien. 

 

Une simple LED et un modulateur

Concrètement, le système mis au point par les chercheurs est basé sur le principe de la «communication par lumière visible» (VLC, ou Visible Light Communication). Il emploie donc de simples diodes électroluminescentes en lumière blanche (LEDs) comme vecteurs de l’information, combiné à un composant spécifique, le modulateur, qui permet d’éteindre et d’allumer les diodes à une fréquence extrêmement rapide. Ce signal modulé, imperceptible pour l’oeil humain, génère les 0 et les 1 transmettant ainsi les données informatiques. Le récepteur, une photodiode, enregistre les variations et les convertit en impulsions électriques, qui sont ensuite décryptées par l’ordinateur auquel il est intégré. Les chercheurs ont également battu leur record de transmission en utilisant des LEDs rouge-bleu-vert-blanc, et ont atteint un débit de 800 Mbit/s. D’autres laboratoires, comme ceux des Universités de Oxford et de Edinburgh, travaillent aussi sur ces systèmes VLC. 

 

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas