Transport aérien : les RFID s'immiscent dans la maintenance et la production

Par 03 avril 2009 1 commentaire
Mots-clés : Smart city

Pour diminuer les coûts de manutention et réduire les risques d'erreurs humaines, Juniper Research recommande d'installer des puces à radio fréquence dans les différents processus du fonctionnement des aéroports.

Les RFID peuvent être utilisées partout où une identification unique est nécessaire. Juniper Research conseille dans son rapport de développer leur utilisation dans les secteurs de la maintenance et de la production du secteur aérien. Ce, afin d'améliorer la planification des tâches et d'automatiser les processus de décision. En effet, ces dernières réduisent les risques d'erreurs humaines et diminuent les coûts de maintenance, de réparation et d'opération. Par exemple, introduites dans les pièces qui vont servir à monter une chaîne de transport des bagages ou dans la construction d'avion elles peuvent être utilisées pour repérer avec grande précision les différents éléments.
Moins de maintenance et une meilleure planification
Ensuite, un simple scannage est nécessaire pour récupérer les pièces nécessaires avec une fiabilité quasiment parfaite. Moins de maintenance car le suivi est plus précis et l'information partagée. Si une intervention est nécessaire, la pièce défectueuse peut-être immédiatement retrouvée et identifiée pour être remplacée. Autre avantage mis en avant par le rapport, les puces dans les pièces sont reliées à un centre de donnée. Ainsi, elles se transforment en un outil de gestion et de monitoring des stocks qui fluidifient l'approvisionnement et la distribution à tous les niveaux dans les aéroports.
Une technologie facile à déployer
Le rapport précise que les puces RFID sont la technologie la plus éprouvée et la moins chère disponible pour ce type d'activité. De plus les scanners et capteurs à même de lire ces puces voient leur efficacité et leur nombre augmenter dans tous les secteurs de l'aéroport. Leur utilisation est également conseillée dans le traitement des bagages car elles sont plus efficaces que les traditionnels codes barres. Et dans l'enregistrement des passagers qui rejoignent ainsi les zones d'embarquement plus rapidement.

Haut de page

1 Commentaire

C'est une bonne nouvelle pour le transport aérien, Jean

Soumis par transport (non vérifié) - le 07 avril 2009 à 06h09

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas