Travail du futur : beaucoup de technologies et peu de risques

Par 16 février 2016
Jeune et startup

Une grande entreprise, des robots à la place de salariés et la possibilité d’apprendre par soi-même érigée en principe : les jeunes imaginent leur emploi dans la décennie à venir.

A quoi va ressembler le travail du futur? Certains considèrent qu’il s’appuiera sur le numérique et le partage de données. D’autres imaginent les transformations de l’environnement de travail du salarié : un avenir où coworking et télétravail seront la norme. Mais qu’en pense la génération Y? C’est l’objet d’une nouvelle étude commandée par la Future Foundation à l’occasion de l’édition 2016 du Forum Économique Mondial. Réalisée par Infosys, l’étude se focalise principalement sur la vision des 16-25 ans concernant le travail du futur et la place de la technologie dans neuf contrées : Australie, Brésil, Chine, France, Allemagne, Inde, Afrique du Sud, Royaume-Uni et Etats-Unis. S’il fallait ne retenir qu’une conclusion ce serait que les jeunes professionnels n’imaginent pas le travail du futur sans technologie et que les perceptions divergent souvent selon que le millenial vienne des pays développés d’Europe et d’Amérique du Nord ou des économies émergentes d’Afrique, d’Asie et d’Amérique Latine.

En effet, les compétences technologiques seront indispensables dans le monde du travail. Et les répondants issus de pays émergents sont plus nombreux que leurs pairs des nations développées à vouloir les améliorer. C’est le cas de 50% des Indiens contre 20% des jeunes dans les pays riches et 12% seulement en France. L’intérêt pour l’apprentissage des technologies est donc plus élevé dans les économies émergentes. Ainsi, 75% des jeunes en Inde et en Chine seraient intéressés par l’idée de se perfectionner en sciences et analyse des données comparé à 47% en France et en Allemagne. Les chiffres sont similaires lorsqu’il est question d’apprendre à créer une application mobile. Environ trois quarts des sondés en Inde, Brésil et Chine sont intéressés quand ils ne sont que 50% en Allemagne.

Etude

La proportion “d'illettrés technologiques” en gris est plus élevée dans les pays développés, à l’inverse les “Tech Guru”, dotés de compétences et d’intérêt pour les technologies sont plus nombreux en pourcentage dans les pays émergents : ils sont 45% en Chine, 35% au Brésil et 27% en Chine contre 20% en moyenne dans les pays développés et seulement 12,5% en France. Source : Infosys

L’accès aux nouveaux outils technologiques apparaît également comme un moyen de gagner en compétence bien plus rapidement qu’autrefois et de se perfectionner continuellement. Par exemple, 70% des jeunes interrogés en Afrique du Sud, Inde et Etats-Unis pensent qu’ils peuvent apprendre ce qu’ils veulent en utilisant les ressources gratuites en ligne.

 
Etude sur la technologie et l'éducationEn Inde, 73% sont d’accord avec l’affirmation “La technologie a aidé à démocratiser les opportunités éducatives pour les jeunes” contre 51% en Allemagne. Source : Infosys

Cet engouement de la jeunesse pour les nouvelles technologies est partagé par les individus de sexe féminin comme par ceux de sexe masculin. Surtout dans les pays émergents où les inégalités hommes-femmes concernant les compétences technologiques sont moindres comparées à celles existants dans les pays développés, Etats-Unis excepté.

Le Forum économique mondial a également mené une enquête parallèlement à cette étude et révèle que les jeunes et les industries ont la même vision à long-terme du monde du travail : les deux groupes s’attendent à ce que le progrès technologique dirige la dynamique. A la question : “Quelles seront selon vous les trois plus grands facteurs de changement qui impacteront votre vie professionnelle d’ici à 2020 ?”, les cinq réponses les plus données par la génération Y concernent des technologies : l’internet mobile et la technologie cloud arrivent en tête suivis par l’intelligence artificielle et le machine learning. La progression du big data ferme le podium.

 les facteurs les plus importants qui changeront le travail du futur sont des technologies à commencer par le cloud et l'internet mobile

 

Les technologies seront les plus importants facteurs de changement de la vie professionnelle d’ici à 2020. Source : Infosys

La génération Y a également conscience de la croissance de la robotisation dans le monde du travail. Quatre jeunes sur dix en moyenne peuvent imaginer être remplacés par un robot ou une forme d’intelligence artificielle dans leur emploi actuel au cours de la prochaine décennie. Ils sont 52% à l’envisager en Inde contre un tiers en Allemagne, au Brésil et en Afrique du Sud.

 dans quel type d'entreprise souhaitez-vous travailler, moins d'un jeune sur dix répond la start-up

En moyenne, seuls 8% des répondants souhaitent travailler pour une start-up. Source : Infosys

Bien que les jeunes soient férus de nouvelles technologies, ils n’en restent pas moins averses au risque. Malgré le modèle d’entrepreneurs à succès et la médiatisation autour des start-up, si l’on en croit cette étude, les jeunes préfèrent en réalité les entreprises de taille plus importante qui sont perçues comme offrant une meilleure stabilité, des opportunités de développement et des perspectives de progression. En moyenne, moins d’un jeune sur dix voudrait travailler pour une start-up.

 

 

 

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas