Le trombinoscope universel

Par 05 octobre 2010
Portraits d'anonyme

Ce n’est pas toujours évident de trouver “l’idée qui tue”. Nicolas Bordas est bien placé pour s’en rendre compte. Il a écrit un livre sur le sujet, dont je vous recommande bien évidemment la lecture.

Les idées qui tuent - oui, au pluriel, ça sonne moins bien - ne surgissent pas tous les jours dans les cages cérébrales des homo sapiens sapiens. Le monde serait bien différent si une invention géniale émergeait quotidiennement dans l’esprit de tout un chacun. Et ce ne serait d’ailleurs pas forcément une bonne chose. On peine déjà aujourd’hui à arrêter le progrès. Alors si tout le monde se mettait à développer des idées innovantes, on ne s’en sortirait plus.

Une idée qui tienne la route, c’est déjà plus à la portée de n’importe qui. Une bonne idée, lucrative, qui ne fait pas progresser le monde mais qui permet à son géniteur de s’enrichir confortablement. Combien rêvent de trouver ce type d’idées, faciles à mettre en place, et apportant son lot de gloire et de fortune ? Combien aimeraient avoir pensé les premiers - au début des années 2000 - à créer une plate-forme sociale, toute simple, pour rassembler, disons, 500 millions d’utilisateurs en 2010 ?

En parlant de Facebook - et vous allez finir par comprendre où je veux en venir, progressivement - il ne faut pas oublier que ce terme signifie tout bonnement “trombinoscope” en Français. Ca sonne moins bien.

Mais vous qui cherchez en vain de bonnes idées, vous auriez dû, peut-être, réfléchir à ce terme. Facebook. Face Book. Un livre de figures. Et voilà ! C’est aussi simple que ça ! Vous auriez eu une idée qui tient la route, et qui peut s’avérer très lucrative.

Malheureusement, Alex Tew a déjà eu cette idée : créer un vrai trombinoscope, en demandant aux internautes de payer quelques sous pour avoir le privilège de faire partie de ce livre aux mille visages. Jouer sur le narcissisme des individus de notre temps. Pour trois dollars, chaque utilisateur peut uploader sa photographie et faire partie du million de gens qui représenteront la “quintessence de notre génération numérique” (selon les termes d’Alex Tew).

Ce même Alex, souvenez-vous, s’était déjà fait remarqué, il y a quelques années (en 2005 très précisément) en créant une page Internet libre, où les publicitaires pouvaient s’arracher les pixels contre une poignée de dollars. La page à un million de dollars (onemilliondollarpage).

Cette fois, il s’agit de créer un trombinoscope universel. L’ensemble des photographies reçues étant envoyé à l’impression pour former un livre de plus de 1200 pages, qui sera vendu plus de cent dollars pièce.

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas