[Turquie] Imcom fait d'un meuble la porte d'accès à toute la gamme de modèles

Par 19 février 2013
Fauteuil Imcom

La startup a mis au point un projecteur qui affiche sur un meuble blanc le motif souhaité, en épousant les contours du modèle. Toute la gamme se choisit tactilement en touchant le prototype vierge.

Pour faciliter l'accès à l'ensemble du stock, même dans des magasins de petite taille, les détaillants spécialisés dans l'ameublement ou la décoration embrassent de plus en plus des supports comme les tablettes ou les bornes connectées. A l'image de But, par exemple, dans ses magasins traditionnels mais aussi dans les But Cosy, des échoppes plus petites implantées dans des zones urbaines de plus petite taille. Autre idée possible : projeter sur un objet tous les modèles de la gamme proposés. C'est ce que fait Imcom, une startup turque fondée il y a deux ans, et qui était présentée pendant Startup Turkey, auquel L'Atelier s'est rendu. La jeune pousse a mis au point un projecteur qui superpose avec précision sur des modèles de fauteuil par exemple, les différentes couleurs, motifs et textures.

3D et tactile

Pour réaliser cela, les entrepreneurs scannent toute la gamme de tissus ou motifs existant. Ils scannent également avec un système en 3D le modèle sur qui projeter. Leur dispositif peut alors afficher sur l'objet les motifs ou textures souhaités, en restant dans les cadres stricts du modèle. Avec un fait intéressant : il ne se commande pas via une télécommande ou un matériel supplémentaire, mais de façon tactile, sur l'objet même. C'est-à-dire qu'il suffit de toucher par exemple le fauteuil pour voir un programme s'afficher, et toucher l'un des motifs proposés pour qu'il s'affiche. Un processus qui utilise des solutions de reconnaissance de geste pour fonctionner. "Les individus veulent pouvoir voir et toucher ce qu'ils achètent, et quand la boutique est petite, ils en sont privés", explique à L'Atelier Ali Cevik, le Chief Technology Officer d'IMCOM.

Un besoin de réel

Mais pourquoi parier sur la projection plutôt que sur des écrans ? "Parce que le monde réel reste important, parfois il reste plus parlant de voir et toucher que de regarder des images, même très réussies". Pour le moment, la startup ne comptabilise pas encore de clients, ses fondateurs s'étant focalisés sur la mise au point du produit. "Nous aurons finalisé les études pilotes dans trois mois, et commencerons à prospecter des clients, en Turquie et à l'étranger", ajoute Ali Cevik. A noter que la startup a fait partie d'un voyage organisé par le gouvernement en Silicon Valley, où elle a présenté sa technologie à Tesla Motors, qui aurait été intéressée.

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas