Twido permet une consommation d’eau “sur-mesure” dans une démarche éco-responsable

Par 15 avril 2015 1 commentaire
Chauffe-eau Twido

Figurant parmi les finalistes du prix d’innovation EDF Pulse dont les prix seront dévoilés le 3 mai prochain, Twido, un projet de chauffe-eau intelligent, permet de délivrer de l’eau chaude uniquement lorsque le consommateur le désire, et permet ainsi de limiter les pertes statiques d’énergie.

Alors que les objets connectés envahissent notre quotidien, notamment dans le domaine de la domotique, le chauffe-eau n’échappe pas à cette modernisation. Car, en ce qui concerne la maîtrise d’énergie, « peu de gens savent vraiment ce qu’ils consomment, notamment en matière d’eau chaude », commente Olivier Cocheteux, Président de 2&GO, société conceptrice de Twido. Celui-ci s’explique : « Par peur de manquer d’eau chaude, beaucoup de consommateurs installent des ballons d’eau chaude au volume supérieur à leur besoin en eau : tous les jours de l’eau est chauffée alors qu’elle ne servira pas. Cette eau est un gâchis énergétique complet. » Forte de ce constat, la start-up s’est donc lancée le défi de moderniser le chauffe-eau en le transformant en un objet connecté. L’utilisateur peut ainsi interagir avec celui-ci par le biais d’une application mobile / tablette ou en local via son réseau Wi-fi et ce, dans le but de contrôler sa consommation et d’obtenir de l’eau chauffée uniquement lorsqu’il en a réellement besoin. « Nous en avons fait une machine connectée car il est désormais nécessaire que le consommateur rentre dans le jeu de la maîtrise d’énergie, si l’on veut que l’éco-responsabilité rentre dans les mœurs » continue Olivier Cocheteux.

Une démarche écologique, mais pas que...

Ce système modulaire composé de quatre cuves en inox encerclées par des panneaux chauffants délivre de l’eau rapidement et à la demande. Le dispositif intelligent est déjà intégré chez quelques centaines d’utilisateurs, « avec pour ambition d’atteindre les quelques milliers rapidement », commente Olivier Cocheteux. Alors que l’économie d’eau est au cœur des préoccupations écologiques, la démarche de création du Twido « n’est pas uniquement une démarche verte», comme l’affirme le président de 2&GO. « Nous essayons d’avoir un impact sur la façon de traiter l’espace de vie, notre démarche est donc également sociétale. Nous avons la volonté double d’améliorer l’usage au sein de l’habitat mais aussi d’avoir une démarche volontairement durable. » Les concepteurs ont œuvré pour que la durée de vie du produit soit la plus longue possible (garanti 15 ans) et que l’installation du Twido soit simplifiée à l’extrême. En effet, « l’installation du dispositif prend entre 1h et 3h » un temps record pour une installation complètement amovible. Un mécanisme qui prouve son efficacité car les chiffres obtenus par la société 2&GO quant à l’économie d’eau sont probants : « Selon le type d’habitat et le comportement des individus, on observe entre 30% et 75% d’économie d’eau et d'energie. »

 

 

Informer le consommateur pour plus d'économies

Avec cette démarche à vocations multiples, le but ultime d’Olivier Cocheteux est « d’éduquer le consommateur, car il y a une désinformation totale en ce qui concerne la consommation en eau » Tout le système rentre, selon son concepteur, dans la logique de l’éco-responsabilité : « notre démarche part du bon sens de chauffer l’eau désirée au bon moment, et de sortir de cette logique d’obsolescence planifiée en proposant un produit durable. » Au-delà de son usage économique, le système Twido mise sur l’esthétique, un point que les créateurs du dispositif n’ont pas négligé : « nous avons voulu en faire un objet design pour qu’il puisse être intégré partout dans la maison, comme un objet décoratif. » De plus, l’esthétique du Twido a été pensée dans le but d’optimiser l’espace, à l’inverse des ballons d’eau-chaude encombrants que l’on connaît : « Twido a été pensé dans le but de gagner du mètre carré. » Commercialisé en France depuis 2014 et récemment déployé en Belgique, le phénomène Twido devrait bientôt dépasser les frontières, « en se développant sur le marché Européen d’ici les prochains mois », nous confie Oliver Cocheteux. S’ajoute à cela, le lancement d’une formation en e-learning pour les installateurs « afin de mettre en place une base des bonnes pratiques, et pour faciliter notre déploiement »

Haut de page

1 Commentaire

Beaucoup de notions générales dans cet article pour qualifier cette technique : interactivité, application mobile, démarche durable, esthétique, éco-reponsabilité, durable, intelligent, révolutionnaire…. Mais on aimerai bien savoir comment ça marche, et par quel principe on obtient des économies d'eau et d'énergie, l'article ne dit quasiment rien.
JJL ingénieur formateur

Soumis par jean joseph (non vérifié) - le 24 avril 2015 à 11h48

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas