Twitter aide à comprendre l’influence du temps sur l’état psychologique

Par 13 novembre 2014
Twitter Weather

L’impact de la météo sur la psychologie des individus n’est pas nouvelle, mais les chercheurs peinent à trouver des corrélations convaincantes. Ils se tournent alors vers Twitter.

Twitter montre indéniablement la puissance de son service pour l’analyse du Big Data. 300 milliards de tweets depuis la création du réseau social en 2006, et 500 millions de tweets sont aujourd’hui envoyés quotidiennement, avec 320 000 nouveaux comptes créés chaque minute. A l’heure du Big Data, la modélisation des données émises sur les réseaux devient stratégique au vu de la capacité des informations qu’elle peut fournir, une fois l’amas d’informations triées. Des chercheurs du MIT se sont d’ailleurs récemment penchés sur la modélisation des données virtuelle grâce à l’impression 3D sous la forme d’une carte interactive, qui permet une visualisation de ces données invisibles. Grâce à une géolocalisation des tweets, des chercheurs de l’Université de Stanford en Californie compte quant à eux utiliser Twitter pour comprendre la corrélation entre l’humeur des habitants des villes et la météo dans leur zone géographique.

Exploiter la fonction géolocalisation de Twitter

Pour ce faire, les chercheurs se sont concentrés sur la géolocalisation des tweets. Jiwei Li, étudiant du département des sciences de l’informatique de Stanford, s’est concentré sur une base de données rassemblant des tweets émis depuis 32 villes majeures des États-Unis (San Francisco, New York Chicago, Los Angeles …). Cette base de données est constituées de 10% des tweets postés en 2010 et 2011. Afin de réduire le "bruit" et affiner sa recherche sur les tweets contenant des émotions corrélées à la météo, l’équipe de Jiwei Lee a aussi isolé les tweets ayant un fort engagement émotionnel, comme ceux relatifs au tremblement de terre d’Haïti ou encore la mort de Michael Jackson.

Les tweets ont ensuite été catégorisés selon 4 humeurs différentes : la colère et l’hostilité, fatigue, dépression et somnolence. Grâce à un algorithme de machine-learning, l’équipe a ensuite cherché une corrélation entre le temps et l’humeur grâce aux données récoltées auprès du National Oceanic and Atmospheric Administration. Les résultats sont surprenants par rapport aux préjugés ancrés, à savoir que le beau temps est tout le temps lié à une bonne humeur.

Etudier la corrélation entre le temps et la culture

Scientifiquement, il est prouvé que le corps humain réagit à la lumière du soleil en produisant de la sérotonine, un neuro-transmetteur jouant en rôle dans le sentiment de bien-être. Les résultats récoltés par  les chercheurs montrent surtout que l’humeur est fortement corrélé au changement de température. Des températures moyennes renderaient les personnes plus heureuses, mais les changements de températures trop importants les mettraient en colère. Autre données surprenante : les personnes seraient plus vives lorsque les températures augmenteraient, pas lorsqu’elles sont basses. Les chercheurs rappellent tout de même que la corrélation n’est pas la causalité, et que la frontière est encore trouble pour comprendre l’influence du temps sur l’humeur car Twitter ne serait pas le meilleur reflet des émotions des personnes.

Au delà de ces résultats, les chercheurs pensent que la géolocalisation sur Twitter permettraient d’étudier l’humeur dans plusieurs endroits du monde, et comment une augmentation de température affecte différentes zones. Ou encore si ces variations ont des impact différents en fonctions des cultures, ou des données démographiques (générations par exemple).

 

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas