Twitter aide à mieux comprendre l'évolution de la linguistique

Par 23 octobre 2012
Carte des Etats-Unis

La diffusion d'un nouveau mot dépendrait de l'influence géographique, mais aussi démographique des villes. Des chercheurs ont réussi à cartographier l'évolution de plusieurs termes grâce à Twitter aux Etats-Unis.

Les réseaux sociaux permettraient d'étudier la diffusion des tendances linguistiques dans un pays. C'est ce que démontre une étude menée par des chercheurs*, qui ont cartographié la propagation de nouveaux mots et ont suivi leur évolution dans plusieurs villes américaines. Cela, en se servant de Twitter comme d'un outil. Ils ont déterminé qu'il existait une influence géographique dans l'adoption de certains termes et qu'ils se répandraient de ville en ville. A l'inverse, l'école en sciences informatiques de Carnegie Mellon avait déjà travaillé sur un modèle où la langue renseignait la provenance de l'internaute en utilisant le site de micro-blogging. En observant la fréquence d'utilisation dans les médias sociaux de nouveaux mots, mais aussi d'abréviations, de l'orthographe expressive (comme l'allongement par exemple) ou encore d'émoticônes, les chercheurs ont induit la présence d'un réseau d'influence linguistique entre les villes américaines. Ils ont pu également mesurer les facteurs contribuant à la diffusion de l'innovation lexicale, notamment démographique.

L'évolution de plusieurs termes

Pour ce faire, ils ont identifié une dizaine de termes utilisés sur Twitter géolocalisés seulement dans certaines localités, sur une période de deux ans, comprenant l'introduction et la propagation d'un mot. Parmi ces derniers, trois termes ont été mappé. Le premier est "bruh", une façon alternative de dire "Bro", un diminutif de "brother". Au début de l'étude, ce terme était populaire dans quelques villes du sud-est des Etats-Unis, et il s'est répandu dans tout le sud-est et sur la côté ouest. Le terme "af", abréviation de "as fuck" dans le sens "I'm bored af" était quant à lui présent dans le sud de la Californie, puis s'est implanté dans le sud, avant de gagner une grande popularité Le troisième terme est un émoticône qui était initialement utilisée dans plusieurs villes de la côte est et s'est propagé ensuite à la côte ouest.

Les facteurs favorisant la diffusion

La géographie et la démographie sont les facteurs qui influence le plus la propagation de termes, surtout le second. En effet, les villes démographiquement similaires sont plus susceptibles de partager le même lexique. L'aspect culturel joue certainement un rôle important, que ce soit dans la diffusion ou la résistance au changement du langage. De nombreux mots sont entrés dans l'anglais standard, provenant de dialectes usités par des minorités, notamment la communauté afro-américaine. Cela dépendrait également de la densité de la ville et des interactions entre les individus. En effet, la probabilité de contact entre deux personnes dépend de la distance. Plus elles sont proches, et plus les innovations linguistiques devraient se diffuser en continu dans l'espace. En plus de la distance, la propagation dépendrait également de la taille de la ville. La diffusion voyagerait mieux entre grandes villes, avec un effet de cascade.

*J. Eisenstein, B. O'Connor, N. Smith, E. P. Xing,School of Interactive Computing Georgia Institute of TechnologyetSchool of Computer Science Carnegie Mellon University, Mapping the geographical diffusion of new words

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas