Sur Twitter, certaines règles facilitent la transmission de messages liés à la santé

Par 04 octobre 2012
Touche

Les tweets des médecins qui ont un compte et beaucoup d'abonnés sont souvent considérés comme extrêmement crédibles. Sauf quand ils rediffusent les messages de pairs, si sérieux soient-ils.

Les professionnels de santé qui s'expriment sur Twitter sont suivis par un public qui leur accorde une certaine confiance et crédibilité. Sous conditions, souligne Ji Young Lee, de l'Ohio State. Le chercheur s'est en effet rendu compte que les médecins très reconnus, quand il diffusent un message d'un autre abonné (un retweet), voient leur crédibilité baisser. Alors que quand une personne ne faisant pas partie du corps médical fait la même chose, elle voit son message crédité de la confiance de ses abonnés. "Cela sous tend que les individus, en fonction de l'émetteur, perçoivent les tweets et les retweets de manière très différente", note le chercheur. Et que donc les personnes accordent leur confiance en fonction de certains signaux, conscients ou non. Selon le rapport, trois principaux signaux interviennent : l'autorité, la proximité et l'influence déjà acquise.

Autorité, proximité, influence

L'autorité signifiant la réputation de la source pour une expertise donnée, et l'influence la popularité de la source (ce que les chercheurs qualifient de prendre le train en marche). Pour la proximité, il s'agit de savoir si le contenu est original ou pas. Pourquoi une telle recherche ? Pour améliorer la communication et la diffusion de messages dans le secteur de la santé. En effet, un tel travail permet de voir que les médecins influents, s'ils veulent faire passer un message, doivent le faire en leur nom. Mais également qu'ils ont tout intérêt à tenter de relayer leurs messages auprès de personnes n'appartenant pas au corps médical.Pour réaliser son étude, Ji Young Lee a demandé à 63 étudiants de suivre quatre comptes Twitter.  Deux appartenaient à des docteurs : l’un ayant beaucoup de followers et l’autre non. Les deux autres comptes appartenaient à des non-initiés. A noter que les quatre comptes étaient fictifs.

Méfiance lors d'intermédiaires

Les chercheurs ont posté régulièrement des messages sur ces quatre fils. Les participants à l'étude ont ensuite été interrogés : ce sont les tweets originaux du "médecin" populaire qui les a le plus convaincus. Cependant, ils se sont montrés plus méfiants quand ce même médecin retweetait le message de l'un de ses "confrères". Par contre, quand le non initié populaire rediffusait le tweet d'un médecin, il voyait sa crédibilité monter. "Alors qu'un tweet est jugé sur l'expertise de la personne qui le poste, le retweet dépend plus de la qualité de la personne qui transfère le message, tout du moins quand il s'agit de personnes n'appartenant pas au corps médical", juge Shyam Sundar, professeur en communication, et qui a travaillé avec Ji Young Lee sur le sujet. Cela, sauf si le tweet a un sens assez controversé.

 

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas