Twitter cible les grandes marques pour une publicité qui rapporte plus que Facebook

Par 10 mars 2015
Mots-clés : Fintech, Amériques, Twitter, Asie, EMEA
le paradoxe pub sur Twitter

Malgré un nombre d’utilisateurs et d’annonceurs bien inférieur à Google ou Facebook, les revenus engendrés par chaque publicité sur Twitter sont plus élevés.

Cela apparaît tellement contradictoire qu’on a d’abord du mal à comprendre. Les revenus d’une publicité sur Twitter sont trois fois supérieurs à ceux d’une annonce faite sur Facebook selon les derniers chiffres de Macquaries Securities. Paradoxal si l’on se réfère au nombre d’utilisateurs : l’audience d’un tweet est en effet considérablement inférieure. Le réseau social de Mark Zuckerberg enregistre plus d’un milliard d’utilisateurs contre les 280 millions de tweetos. La dichotomie est donc considérable entre ce que rapporte une publicité au réseau et l’audience potentiellement atteinte. Conséquence sans doute de cette audience drastiquement moins importante : les annonceurs sont moins nombreux sur Twitter. Face aux millions de clients de Google et Facebook, le réseau aux 140 caractères reste très loin derrière dépassant à peine les 60 000 annonceurs.

Grandes marques versus hyper-local ads

Pour les experts de Macquaries Securities, la principale raison à ce paradoxe tient à la politique publicitaire de Twitter. La plateforme préfère les grandes marques. Contrairement au service d’hyper-local ads mis en place par Facebook, le réseau ne se concentre pas sur le ciblage précis. Pour caricaturer on pourrait dire que Twitter a un petit nombre de gros annonceurs prêts à payer cher pour une publicité massive quand Facebook a de nombreux petits annonceurs visant une publicité ciblée. Cela expliquerait les différences de revenus entre les deux géants du net. Rappelons tout de même que passée cette moyenne du prix par annonce, Google et Facebook restent largement leaders sur leur chiffre d’affaires global avec respectivement 31 % et 7,8 % du marché de la publicité en ligne selon eMarketers. Twitter ne représente que 0,8 % de ce marché.

 

Mais une stratégie publicitaire en mutation

Sans doute est-ce précisément ce chiffre de 0,8 % qui pousse actuellement le réseau social à revoir sa stratégie en matière de publicités. Car même si chaque publicité rapporte plus, leur nombre global est tellement inférieur que Twitter gagne bien moins que ses concurrents. Lors d’une conférence à San Francisco relatée par le New York Times, le PDG de Twitter, Dick Costolo expliquait donc vouloir atteindre le niveau d’un Facebook avec environ une publicité pour 20 tweets dans le flux d’actualité. Raison pour laquelle la plateforme facilite la lecture de vidéo, nouvel outil pour séduire les annonceurs. La publicité sur les réseaux sociaux semble donc avoir de beaux jours devant elle : les entreprises sont prêtes à payer de plus en plus cher et tous les réseaux s’y mettent petit à petit. Et ce n’est pas Instagram qui dira le contraire… puisque le réseau social de photographies a intégré le 9 mars dernier la publicité en France, sous forme d'images sponsorisées.

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas