Sur Twitter, internautes neutres et partiaux partagent la même information

Par 04 juin 2012
propagande

La même information peut être retransmise par une personne neutre comme par une autre qui souhaite véhiculer une idéologie et qui ne cherche pas à confronter plusieurs opinions. Pour certains, il peut être utile de les distinguer aisément.

Comment différencier sur Twitter un utilisateur neutre d'un autre dont l'objectif est de véhiculer une idéologie ou un produit ? C'est la question que se sont posée des chercheurs de l'institut de technologie de Géorgie. Ces derniers ont cherché à comprendre comment repérer les utilisateurs partiaux, qu'ils appellent "hyperadvocates", qui expriment la même opinion sur un sujet. Le but pouvant être à terme d'apporter des degrés différents de présentation de l'information. Une sorte de curation basée sur l'objectivité, finalement. Pour y parvenir, ils ont analysé non pas le contenu de leurs messages, mais bien la façon dont ils les diffusent. Ils ont analysé des tweets récoltés via l'API de Topsy  grâce aux hashtag #nvsen et #debceiling, respectivement relatifs aux élections sénatoriales du Nevada de 2010 et au débat sur le plafond de la dette de 2011. Le tout, en divisant chaque utilisateur de Twitter dans chaque communauté en fonction de leur retweet, car les personnes qui partagent la même idéologie tendent à se retweetter entre elles. Si leurs comportements divergent parfois, ils peuvent également se ressembler.

Des attitudes divergentes

La différence entre ces deux types d'utilisateurs s'est faite sur la base de quatre caractéristiques comportementales de diffusion ou de rediffusion d'un tweet. Pour ce faire, l'activité de chaque individu considéré a été analysée, ainsi que celui des deux groupes (neutre et partial) afin de les comparer. La première découverte est d'abord relative au volume de publication. Au sein des communautés, les chercheurs ont noté que les utilisateurs défendant une idéologie publient davantage de messages que les utilisateurs neutres sur des périodes de temps courtes. Ensuite, l'on remarque que les utilisateurs neutres publient moins de retweets que les utilisateurs partiaux. Par exemple, dans la communauté #nvsen, la part des retweets dans l'ensemble des publications des "hyperadvocates" atteint 75%, contre 35% chez les utilisateurs neutres. Ces deux attitudes particulières auraient pour objectif d'améliorer la visibilité d'un sujet.

Des comportements pas toujours différents ?

Troisième différence de comportement : le temps de réaction d'un retweet, à savoir la différence de temps entre un tweet et son retweet. Celui-ci est toutefois moins évident. En effet, dans la communauté #nvsen, aucun membre neutre ne retweet moins de 15 minutes après la publication d'un message original, alors que quelques "hyperadvocates" rediffusent un message moins d'une minute après sa diffusion première. Néanmoins, les utilisateurs partiaux semblent avoir un temps de réaction de retweet plus élevé que les neutres. Quatrième différence, enfin : la connivence. Car ceux qui sont les moins impartiaux, pour paraître neutres tout en augmentant la visibilité de leur message, sont de connivence pour tweeter le même message au même moment. Ce sont des colluders. Néanmoins, si 40% des propagandistes de #debtceiling ont au moins un colluder, contre 30% des neutres, le comportement entre des ceux types d'utilisateurs est identique pour #nvsen.

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas