Twitter mesure aussi l'humeur de la population

Par 23 juillet 2010 1 commentaire

L'université de Boston a mis en place un système qui analyse le contenu des messages postés sur le site de micro-blogging comme indicateur de l'état d'esprit de la population américaine, en temps réel.

Si le site de micro-blogging permet de mesurer la réception d'un produit ou d'une nouvelle auprès des internautes, il donne aussi la possibilité d'appréhender l'état d'esprit des populations d'un pays. C'est en tout cas le postulat de l'université de Boston, qui s'est penchée sur les cent quarante caractères postés quotidiennement par les utilisateurs de Twitter pour analyser l'humeur des Américains. Cela en temps réel et selon la zone géographique où les internautes sociaux étaient domiciliés. Techniquement, les chercheurs ont étudié avec attention tous les tweets diffusés sur une période de trois ans, en utilisant différents filtres. Ces derniers permettant, comme la plupart des systèmes de monitoring, de repérer dans les posts les mots liés à l'affect et de les assimiler à une notion de bien être ou de contrariété.
Une analyse en temps réel et géolocalisée
Des mots comme "amour, diamant, paradis" indiquent le bonheur et donnent un score positif, quand "funérailles, viol, suicide" représentent une baisse de moral et un score négatif. Près de trois cent millions de tweets ont ainsi reçu une note d'humeur en fonction du nombre de mots positifs ou négatifs qu'ils contenaient. Et ce, pour chaque heure de la journée et dans tous les Etats du pays. Les chercheurs ont regroupé l'ensemble des données sur une carte d'humeur qui évolue constamment. Dans le détail, c'est la taille de chaque comté sur la carte qui représente son nombre d'habitants utilisant Twitter.
Une carte d'humeur du pays qui évolue en permanence
Plusieurs résultats ont été annoncés par les chercheurs : selon eux, la côte Ouest apparaît par exemple plus heureuse que la côte Est. Et à un niveau global, l'ensemble du pays semble apaisé et serein le dimanche matin, mais possède une baisse de moral importante le jeudi soir. Toutefois, la méthode est aléatoire, du fait qu'elle sort les mots de leur contexte. Si une personne écrit "je ne suis pas heureux", le tweet pourrait par exemple être compté comme positif, à cause du terme "heureux" qu'il contient.

Haut de page

1 Commentaire

Cela vaut bien un petit tweet :)

Soumis par Petit blog SEO (non vérifié) - le 26 juillet 2010 à 06h58

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas