Un accès à la lecture facilité par le livre électronique ?

Par 30 mars 2012 Laisser un commentaire
Personne lisant sur une liseuse

Est-ce que le support permet d'accéder plus facilement au contenu ? Chez les publics réticents à la lecture, il semblerait que passer par une liseuse stimule l'envie de lire.

Le livre électronique, par les fonctions qu'il propose, peut-il faciliter la lecture et en donner l'accès à des publics qui en sont peu friands ? Pour une équipe de la Southern Methodist University de Dallas, la réponse est oui. Ils ont proposé à une classe de collégiens de n'utiliser comme support de lecture qu'un Kindle. Il ressort de leur expérience que l'e-book, perçu comme un outil stimulant par les élèves, a rendu ceux-ci plus enthousiastes vis-à-vis de la lecture et, surtout, plus attentifs. Selon le rapport, les jeunes auraient progressé plus rapidement et auraient lu en moyenne un à quatre ouvrages en deux mois. Aussi, les chercheurs suggèrent que l'intérêt pour le gadget technologique et un texte enrichi pourrait être une solution.

Une différence de genre

D'ailleurs, les élèves ayant participé au test ont indiqué que des images ou des romans graphiques seraient des améliorations intéressantes. Reste que ces conclusions ne sont pas recevables pour tout type d'étudiants. Car si l'expérience s'est révélée positive de manière générale - ceux qui n'étaient pas dans ces classes ont demandé à rejoindre la "classe Kindle" - elle fait naître des différences d'appréciation. Car l'intérêt pour la lecture se serait surtout amélioré chez les étudiants et se serait, en revanche, réduit chez les étudiantes qui, semble t-il, préfèrent le livre papier à la liseuse électronique.

Des professeurs convaincus

Autre différence, l'avis des professeurs. Car si ceux-ci ont reconnu le bénéfice de l'expérience, ils y voient également quelques difficultés. La première provient de la connexion Wi-Fi qu'apporte l'e-book aux élèves, ce qui a fait ressentir la nécessité aux professeurs de surveiller de plus près leurs élèves. Autre difficulté, l'objet en lui-même. Car les professeurs ont affirmé perdre du temps à les charger la nuit ou encore à les mettre sous clef. Néanmoins, ils ont indiqué projeter d'intégrer dans leurs classes des liseuses dans les années à venir. A noter que l'étude a été menée auprès de 199 collégiens dans des classes particulières.

Haut de page

Vos commentaires

(If you're a human, don't change the following field)
Your first name.
(If you're a human, don't change the following field)
Your first name.
Le contenu de ce champ sera maintenu privé et ne sera pas affiché publiquement.
  • Aucune balise HTML autorisée
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.

Plus d'informations sur les options de formatage

En soumettant ce formulaire, vous acceptez la politique de confidentialité de Mollom.

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas