Un ancien employé d'AOL jugé pour complicité avec des spammeurs

Par 07 février 2005

Le ver était dans le fruit. Ces jours-ci se tient le procès d'un ancien développeur informatique du fournisseur d'accès Internet America OnLine (AOL). Agé de 24 ans, Jason Smathers est jugé pour...

Le ver était dans le fruit. Ces jours-ci se tient le procès d'un ancien développeur informatique du fournisseur d'accès Internet America OnLine (AOL). Agé de 24 ans, Jason Smathers est jugé pour avoir vendu 92 millions d'adresses Internet et d'identifiants de messageries à des spammeurs ; au total, sa manœuvre aurait provoqué une avalanche de plus de 7 milliards de courriers électroniques indésirables .

Vendredi, le prévenu a plaidé coupable de conspiration ; il risque de 18 mois à deux ans de prison ferme, et pourrait se voir contraint de verser des dommages et intérêts compris entre 200 et 400 millions de dollars au fournisseur d'accès Internet qui l'employait. A titre de comparaison, Jason Smathers avait récolté 28 000 dollars suite à la vente de ces adresses.

Pour le tribunal, le prévenu s'est rendu coupable de vol de données privées et de violation de la loi anti-spam en vigueur aux Etats-Unis depuis le 1 er janvier 2004 : pour mémoire, celle-ci prévoit l'interdiction des courriers indésirables et l'établissement de listes rouges consignant les adresses électroniques des internautes qui ne souhaitent pas être sollicités.

La loi prévoit que les spammeurs qui se risqueront à envoyer des messages à caractère pornographique ou contenant de la publicité mensongère à ces adresses écoperont de peines de prison et d'amendes pouvant aller jusqu'à un million de dollars.

(Atelier groupe BNP Paribas - 07/02/2005)

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas