Un an après sa mise en service, l’usine britannique de semi-conducteurs

Par 03 août 1998

de Siemens ferme ses portes. N’étant en service que depuis un an, employant 1 100 salariés, la fermeture de cette usine située à North Tyneside, près de Newcastle, au nord de l’Angleterre, concerne...

de Siemens ferme ses portes.
N’étant en service que depuis un an, employant 1 100 salariés, la
fermeture de cette usine située à North Tyneside, près de Newcastle, au
nord de l’Angleterre, concerne près de 2 000 emplois directs et indirects.
Selon Siemens, les prix des puces qui y sont fabriquées ont chuté de 95 %.
Outre son usine de semi-conducteurs à Dresde (2 500 personnes), Siemens
possède trois autres sites étrangers: en France (IBM 1 600 salariés), à
Taiwan (Motel Vitelic 1 200 salariés) et aux Etats-Unis (Motorola 1 000
personnes).
Le gouvernement anglais et la firme allemande vont ensemble chercher un
repreneur ou envisager d’autres options pour l’usine. Peter Mandelson, le
ministre britannique du Commerce et de l’Industrie a notamment déclaré
“nous comprenons les difficultés qui ont été causées par le retournement
sur le marché des semi-conducteurs”. Pour sa part, Siemens a expliqué que
la chute des prix des semi-conducteurs s’est “encore accélérée ces
dernirs mois suite à la crise asiatique et fera perdre 1 milliard de marks
à Siemens cette année”.
(Les Echos La Tribune 03/08/1998)

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas