Un bracelet composés de capteurs prévient les risques cardiaques

Par 18 juin 2013 3 commentaires
santé

Les conséquences de l'hypertension artérielle sont l'une des causes les plus fréquentes de décès dans le monde. Malgré cela, moins d'un patient sur deux mesure leur pression artérielle régulièrement. Un nouveau capteur de poignet pourrait remédier à cela.

La mesure et le contrôle de la pression artérielle sont des tâches fastidieuses pour les patients. Il s'agit généralement d’une surveillance invasive via un brassard, activé toutes les 15 minutes pendant plusieurs heures, qui comprime le bras, ou un cathéter inséré dans l'artère. La société STBL Medical Research AG (STBL) a donc mis au point un dispositif à peine plus gros qu’une montre, qui peut être porté sur le poignet, et enregistre la pression artérielle en permanence. La mesure est effectuée par plusieurs capteurs qui mesurent simultanément la pression de contact, le pouls et le flux sanguin à la surface de la peau au niveau du poignet. Un appareil qui pourrait alors être utilisé aussi bien à titre de précaution pour les patients à haut risque, mais aussi comme moniteur de fréquence cardiaque pour surveiller la pression artérielle lors d’activités physiques.

Améliorer la précision de la mesure

Dans l’élaboration de cette technologie, les ingénieurs se sont confrontés à un obstacle: la pression de l'appareil sur la peau change constamment, ce qui signifie que des mesures de correction très sensibles doivent être considérées. Le laboratoire de l'Empa a alors placé dans le bracelet un capteur à base de fibres piézorésistifs, capable de mesurer la pression de contact de l'appareil sur la peau. Car les variations de l'intensité du signal en raison d'un glissement ou d’une tension musculaire peuvent conduire à des erreurs de mesure. Ce sont ces changements que le capteur enregistre, permettant aux mesures d’être corrigées en conséquence. La fibre est conductrice de l'électricité, détecte tout mouvement ou variation de pression, la convertit en un signal électrique et la transmet au dispositif de mesure. Cela permet d’augmenter la précision de la mesure de la traditionnelle «montre de pression artérielle » de plus de 70%.

Fournir des signaux d’alerte précoces

Plus d'un milliard de personnes devraient mesurer leur tension artérielle tous les jours afin d'éviter les conséquences possibles de l'hypertension. Le capteur de l’Empa, en offrant une mesure en continu, augmente les marges de sécurité. En effet, une crise cardiaque, tout comme un accident vasculaire cérébral, est précédée par une onde de pression accrue, que le système pourrait enregistrer et analyser, ce qui permettrait de prendre des mesures d'urgence. Le dispositif permet également d'enregistrer la pression sanguine dans l'environnement naturel du patient, le patient conservant sa liberté de mouvement. Des essais cliniques sont actuellement en cours. Les premières mesures, prises en parallèle d’une procédure de cathéter, ont enregistré des résultats très prometteurs. Le capteur devrait être dix fois moins cher que les dispositifs de surveillance 24 heures sur 24 actuellement utilisés dans les hôpitaux.

 

Haut de page

3 Commentaires

ce dont je parlais hier !

Soumis par So (non vérifié) - le 19 juin 2013 à 18h16

Cet appareil sera-t-il mis rapidement sur le marché et sera-t-il remboursé par la sécurité sociale ?
Merci d'avance de votre réponse

Soumis par de Féligonde Michel (non vérifié) - le 19 juin 2013 à 22h27

Qui contacter pour en savoir plus ?

Soumis par manzano - le 05 juillet 2013 à 10h20

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas