Un compilateur intelligent compile plus vite

Par 02 juillet 2009
Mots-clés : Smart city

Milepost GCC est capable de retenir la structure des programmes qu'il traduit. Le but : optimiser la compilation lors des prochaines opérations.

En ajoutant de l'intelligence artificielle et un module d'apprentissage, des chercheurs ont rendu un compilateur capable de retenir la structure du programme qu'il traite. L'intérêt de tels travaux ? La compilation de données se heurte à la diversification des plates-formes et des processeurs, en particulier sur le marché mobile. IBM et un consortium de chercheurs européens ont donc œuvré pour que les acteurs de la téléphonie soient à même de traduire rapidement leurs nouveaux programmes du code source au langage machine. C'est de cela qu'est né Milepost GCC.
Une traduction optimisée
La solution se base sur le compilateur GCC (Gnu C Compilator) standardisé, multi plates-formes et donc libre de droit. Avec ces nouvelles extensions, le système est désormais capable de retenir la structure du programme et la représentation intermédiaire qu'il en a fait avant sa traduction définitive. L'intérêt étant d'optimiser la traduction la prochaine fois qu'il sera confronté à une structure similaire. Ainsi, il va juste faire varier un certain nombre de paramètres et réutiliser à grande vitesse les zones communes avec les anciens programmes. Il en résulte un gain de temps et un meilleur rendement pour développer de nouveaux processeurs.
Des gains toutefois modérés
Des gains de temps que modère toutefois Raymond Sclison, directeur technique chez Solucom. "Avec entre 10 % et 30 % d'augmentation de la vitesse moyenne de compilation annoncé par le constructeur, Milepost n'apporte pas une réelle révolution dans le secteur" explique-t-il à L'Atelier. En outre, le compilateur Milepost GCC va au fil du temps s'enrichir de nombreuses structures de programmes et devenir plus rapide dans les compilations futures."Ce compilateur se veut pragmatique et a l'avantage d'essayer d'être opérationnel et non pas simplement un projet de recherche", reconnaît Raymond Sclison.

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas