Un faux site cache une vraie promotion de film

Par 24 mars 2009
Mots-clés : Future of Retail, Europe

Pour communiquer sur le film Sleep Dealer, ses producteurs ont créé un site qui présente comme vraie la société aux activités à la limite de l'éthique dont parle le long métrage.

Cybracero propose d'utiliser la main d'œuvre des pays en développement sans avoir recours à l'immigration. La solution : équiper les travailleurs de connexions qui les relient à des robots qui sont eux dans les pays développés. Choquant ? Oui, mais heureusement cette technologie n'existe que dans le film d'Alex Rivera, Sleep Dealer. Pour le promouvoir, la société de production Maya Entertainment a créé un site Internet qui n'est qu'un canular, mais qui présente les activités de Cybracero comme réelles. L'intérêt : grâce à ce buzz, l'adresse du site a été transmise par communiqué de presse à de nombreux journaux.
Une communication moderne
Il apparaît dorénavant sur des sites d'informations, repris à l'identique. Autre moyen de favoriser la communication, le site incorpore un fil twitter et un blog afin de faire remonter le nom de Cybracero dans les flux. Un outil de marketing efficace car il lance une campagne virale sur Internet de façon indépendante à la promotion du film : si le site ne se réfère pas directement au film, il oblige les internautes à s'interroger sur l'existence d'une telle entreprise.
Un buzz qui fonctionne toujours après la sortie du film
Sur le site on retrouve toutes les informations relatives à une entreprise normale, avec des témoignages "d'anciens employés". Le film sorti le 10 décembre 2008 en France bien qu'ayant connu un succès mitigé voit son buzz continuer de fonctionner. Il est d'ailleurs possible de vérifier l'effet de ce dernier sur le site officiel du film. Des campagnes de ce genre ont déjà été utilisées dans des jeux vidéo comme Ubisoft avec Mantel et Armacham pour le jeu FEAR ou d'autres film comme Cloverfield.

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas