Un GPS pour prévenir les tsunamis plus rapidement

Par 03 mai 2012
gps

Après le tsunami de Fukushima qui avait coûté la vie de 19 000 personnes, des chercheurs ont découvert qu’en utilisant les données d’un GPS, il était possible de gagner du temps dans la mise en place d’un plan d’alerte.

Pour les séismes sous-marins qui peuvent générer des tsunamis, le délai d’avertissement des zones côtières est très court. Les scientifiques du Centre allemand de recherche sur les géosciences (GFZ) ont découvert qu’en analysant les données de haute précision d’un GPS proche de la zone de Fukushima, la magnitude du séisme et son ampleur spatiale pouvaient être déterminées en moins de trois minutes. Un gain de temps précieux qui pourrait sauver des vies dans l’avenir.

Un des avantages d’un réseau de surveillance par GPS dans le voisinage de l’épicentre est la disponibilité des données peu de temps après que le tremblement de terre commence. Même si la terre tremble, les mouvements des plaques tectoniques peuvent être observées. Cette conclusion a été présentée par le Dr. Andrey Babeyko, lors de l’assemblée 2012 de l’EGU (European Geosciences Union), à Vienne.

Trois étapes sont nécessaires dans ce protocole. La première est l’évaluation des données brutes recueillies par le GPS, grâce à des satellites mis en orbites. Les données sont ensuite inversées au moyen

d’une méthode mathématique pour reproduire un modèle sismique spatial. Ceci permet donc de déterminer la déformation attendue du fond marin, du tsunami en somme. Enfin, la dernière étape est le calcul de la

propagation du tsunami afin de déterminer sa force et donc le niveau d’alerte qui doit être mis en place sur les segments côtiers.

Le GPS a été initialement mis en place pour le système d’alerte aux tsunamis GITEWS, que l’association Helmholtz a développé sous la direction du GFZ, au nom du gouvernement fédéral allemand et pour l’Indonésie. « Un bouclier GPS serait un outil incroyable pour les régions sujettes aux tsunamis », explique le Dr. Babeyko.

Autre avantage de cette technique GPS, une évaluation sismique complète prend du temps. Par conséquent, les méthodes traditionnelles ont tendance à sous-estimer la magnitude d’un séisme. Or, en utilisant un GPS, les données sont plus fiables et peuvent donc permettre de gagner du temps mais aussi des vies humaines.

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas