"Un bon investisseur apporte conseil, confiance et valeur sans jamais devenir l’entrepreneur"

Par 13 mars 2014 1 commentaire
Patrice_Lamothe

La levée de fonds constitue une étape cruciale dans la vie d’une jeune entreprise et il est important d’en saisir les enjeux pour tirer parti au mieux de la relation entre entrepreneur et investisseur.

Interview de Patrice Lamothe, PDG et co-fondateur du site de curation de pages web Pearltrees lors de la Startup Keynote, organisée par LearnAssembly et Maddyness et dont L'Atelier était partenaire, autour du sujet "Ce que les fonds d’investissement ne vous disent pas". Cette rencontre réunissait entrepreneurs et investisseurs qui ont partagé leur expérience et leurs conseils pour mieux comprendre le processus de la levée de fonds.

L’Atelier : Pearltrees a levé au total 8,5 millions d’euros en plusieurs tours de table. Selon vous, quelle est la période la plus difficile lors de la levée de fonds ?

Patrice Lamothe : Je dirai que c’est le premier tour qui est le plus difficile. C’est l’amorçage car c’est ce qui crée la société. Par contre, il faut se rendre compte que les tours suivants ne sont pas forcément gagnés d’avance, loin de là. Mais la différence avec l’amorçage, ceux-ci n’entraînent pas un changement radical de l’entreprise. Ils ne vont pas la faire passer du stade de projet à celui de quelque chose de concret. Leur rôle est d’améliorer l’entreprise, de lui faire prendre des risques et surtout ils vont appuyer quelque chose d’existant.

Lors de la conférence, vous avez évoqué les différences entre les investisseurs américains et les investisseurs français. Pensez-vous qu’il soit plus facile de travailler avec l’un ou l’autre ?

Il y a sans aucun doute des différences culturelles entre les Français et les Américains, de même qu’il peut y avoir des différences entre un ami américain ou français. Toutefois, je pense qu’il ne faut pas oublier que les investisseurs sont également des personnes à part entière. Du coup, il est nécessaire de bien choisir son investisseur sur le plan humain car c’est avant tout une personne, une personnalité, qui investit dans votre projet. Je pense qu’il faut véritablement "creuser" dans le panier des investisseurs pour trouver les personnes avec lesquelles on a envie de travailler. Mais je ne pense pas qu’il y ait des effets si radicalement différents. Ce sont des personnes qui connaissent plus ou moins leur métier ou avec lesquelles on est plus ou moins proches.

Comment définiriez-vous une bonne relation entrepreneur/investisseur ?

C’est une relation, pour moi, où chacun comprend très bien son rôle. C’est-à-dire que l’entrepreneur reste la personne qui agit, décide et prend les risques. L’investisseur est, quant-à-lui,  celui qui met en jeu son argent, donc ses moyens financiers, et qui va en obtenir ou pas un résultat formidable au final. Mais il est important que chacun sache que ce n’est pas ce dernier qui dirige directement la société, et ça, c’est la clé. Un bon investisseur, c’est quelqu’un qui arrive à apporter du conseil, de la confiance et de la valeur sans jamais devenir l’entrepreneur. Et un bon entrepreneur ne considère jamais que c’est à l’investisseur de prendre les décisions difficiles ou de faire les choses à sa place. Et je pense que c’est très important de saisir cette frontière, des deux côtés.

La suite pour Pearltrees ?

On prépare actuellement la version Beta 2.0. Il va donc y avoir des changements radicaux. Aussi bien des changements au niveau de la technologie, de la visualisation que du fonctionnement. C’est un gros projet sur lequel on travaille depuis maintenant 6 mois. On espère ainsi atteindre une nouvelle étape. Etant donné que nous avons pour l’instant quelques millions d’utilisateurs, notre tentative va être d’aller une échelle au-dessus, en terme aussi bien de puissance que du nombre d’utilisateurs.

Haut de page

1 Commentaire

Excellent et très digeste !!!
Ca ne m'étonne pas de toi Patrice !!!!

Soumis par Yvette Le Sage (non vérifié) - le 15 mars 2014 à 15h07

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas