Un Japonais sur cinq utilise le porte-monnaie électronique

Par 27 février 2006
Mots-clés : Smart city

Plus de 500 000 transactions seraient enregistrées quotidiennement via le porte-monnaie électronique sur l'archipel nippon, selon les principaux opérateurs de ses services de paiement. Un...

Plus de 500 000 transactions seraient enregistrées quotidiennement via le porte-monnaie électronique sur l'archipel nippon, selon les principaux opérateurs de ses services de paiement. Un Japonais sur cinq s'acquitterait de ses boissons, cigarettes, transports ou achats divers grâce à une carte de paiement électronique.
 
La société Bitwallet délivre le porte-monnaie électronique EDY (Euro Dollar Yen) depuis 2001. Elle affirme selon l'AFP avoir émis, au 1er février dernier, plus de 15 millions de cartes, dont 2,4 millions seraient directement intégrées dans les téléphones portables de ses clients.
 
JR East, l'équivalent tokyoïte de la RATP, affirme pour sa part avec délivré quelque 10,9 millions de cartes à puce SUICA (Super Urban Intelligent Card), cumulant les fonctions de titre de transport et de porte-monnaie électronique. 30 000 boutiques japonaises accepteraient désormais ce mode de paiement, grâce auquel il suffit d'effleurer de sa carte ou de son téléphone un terminal associé à la caisse enregistreuse du magasin.
 
Le montant des achats est ensuite débité directement sur le compte bancaire ou sur un compte dédié au paiement électronique, que le consommateur n'a qu'à recharger lorsque ce dernier est épuisé.
 
La puce de contact sans fil Felica conçue par Sony et exploitée depuis juin 2004 par NTT DoCoMo équipe désormais en standard la plupart des téléphones vendus sur l'archipel.
 
(Atelier groupe BNP Paribas - 27/02/2006)

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas