Un kit pour faciliter le développement d'univers en 3D

Par 28 janvier 2011
Mots-clés : Smart city, Europe
TV 3D

Nysa travaille sur une boîte à outils permettant à tout développeur de créer aisément et à moindre coût des environnements immersifs.

La création d'univers virtuels en trois dimensions reste coûteuse. Dommage : pour les petites entreprises, cela donnerait par exemple la possibilité de proposer des démonstrations de produits immersives. Pour y remédier, Nysa, réalisé dans le cadre de l'Epitech Innovative Project, travaille sur un kit de développement permettant de concevoir à moindre coût des environnements immersifs basés sur des gants truffés de capteurs et des lunettes stéréoscopiques. "Nous cherchons à faciliter le développement d'applications en 3D qui n'utilisent ni écran, ni souris, ni clavier", explique Stéphane Lapie, développeur du projet, à L'Atelier. Comment ? En fournissant une bibliothèque de fonctions intégrant l'ensemble des logiciels et codes permettant de créer ces environnements.

Une unique librairie qui rassemble tous les codes nécessaires

Comme des codes qui régissent la création d'un mouvement par exemple. La nouveauté n'étant pas les systèmes en eux-mêmes mais le fait qu'ils soient rassemblés au sein d'une même librairie. "Nous utilisons des technologies comme des moteurs 3D qui existent déjà", poursuit-il. "Par contre, nous développons les drivers qui permettent d'utiliser le matériel", note Thomas Lecomte, autre participant du projet, dans une vidéo de présentation. Qui reconnaît qu'une telle boîte à outils ne permettra pas d'atteindre le niveau de création proposé par d'autres solutions, payantes celles-ci. Et s'adresse plutôt aux développeurs indépendants et aux petites entreprises qui souhaitent passer à la création d'univers immersifs en 3D.

Un projet open source

"Ce que nous voulons, c'est que le projet soit accessible et gratuit en le rendant open source", ajoute Stéphane Lapie. "On peut envisager de multiples utilisations de notre boîte à outils", poursuit le co-responsable du projet. Un développeur d’applications en architecture pourrait par exemple utiliser le kit pour mettre en place un logiciel permettant de créer rapidement une prévisualisation de la construction finale d’un bâtiment d’après un plan en 2D. "Et surtout, grâce aux gants et aux lunettes stéréoscopiques on pourra se déplacer à l’intérieur du lieu virtuel pour modifier un mur ou déplacer des meubles", conclut Stéphane Lapie.

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas