Un lieu de travail "augmenté" optimise en temps réel les interactions entre employés

Par 28 mai 2013
bureau et fauteuil dans un champ

La “réalité sociale augmentée” postule qu’en collectant les données comportementales des employés, il est possible de modifier la configuration de l’espace de travail pour optimiser les relations entre employés.

La configuration du lieu de travail est un élément déterminant non seulement de la productivité des salariés, mais également de leur propension à échanger. Ainsi, le co-working est une disposition qui est de plus en plus privilégiée, d’une part pour son aspect économique, mais surtout car elle dynamise l’échange et l’innovation. De fait, de plus en plus de nouvelles formes de partages de bureaux se développent. D’autre part, “les interactions sociales humaines sont rapidement en train de devenir de plus en plus mesurables à une échelle importante, grâce à des capteurs toujours en activité comme les téléphones mobiles”, souligne Ben Waber, co-fondateur et CEO de Sociometric Solutions. Sociometric Solutions fournit aux entreprises la possibilité de collecter des données comportementales des employés afin d’optimiser les interactions sociales entre employés. Ce nouveau domaine d’analyse intitulé “augmented social reality” permet d’utiliser les données récoltées sur les personnes pour améliorer leurs performances et leur comportement, même en temps réel.

Un lieu de travail qui "augmente" les interactions sociales

La “réalité sociale augmentée” est le fruit de nombreuses années de recherche. “Contrairement à la réalité augmentée, qui ajoute des couches d’information à une vidéo ou à votre champ de vision pour vous fournir plus d’informations, la réalité sociale augmentée désigne les systèmes qui changent en temps réel pour satisfaire des besoins d’un groupe” explique-t-il dans un article publié par la MIT Review. Ben Waber consacre sa première expérience à l’étude des box de travail en entreprises. Il crée des “box augmentés” dont les stores s’ouvrent et se ferment pour stimuler la communication entre certaines équipes, ingénieurs et designers par exemple. Bref, pour dynamiser les interactions sociales entre les employés, inutile d’organiser des réunions. A mesure que se développent des capteurs de plus en plus sophistiqués, les possibilités se démultiplient quant à l’étude des données comportementales sur les employés...  Le “prochain challenge”, selon Ben Waber, est “d’utiliser ces données afin d’influencer ou d’améliorer la façon dont les personnes travaillent entre elles”.

L'organisation de l'espace basées sur les données comportemantales

Sociometric Solutions, l’entreprise issue de ces recherches, fournit aux entreprises des badges équipés de capteurs qui permettent de mesurer les mouvements des employés, leur présence sur le lieu de travail, le ton de leur voix ou même à qui ils s’adressent. Par la suite, les données collectées sont utilisées afin de conseiller le management sur la façon dont l’organisation et la disposition de leurs bureaux peuvent être améliorée. Et la plupart du temps cela passe par un changement effectif de la disposition de l’environnement de travail. “Dans le futur”, annonce Ben Waber, “ces changements pourront être faits en temps réel.” Ce dernier prévoit même que les données comportementales pourront être utilisées afin de suggérer à tel ou tel employé d’interagir avec tel ou tel autre, un peu sur le même modèle des suggestions disponibles sur les réseaux sociaux. 

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas