Un ordinateur en veille n'est pas pour autant inactif

Par 30 juin 2010

SleepServer s'installe sur les PC de l'entreprise et permet d'utiliser des applications de VoIP ou de messagerie même quand l'appareil est en mode ''sommeil''. Le but : économiser de l'énergie.

Pour diminuer la consommation d'énergie des ordinateurs personnels sans pour autant rendre ceux-ci indisponibles, il faut leur permettre d'être réceptifs même lorsqu'ils sont en mode "sommeil", expliquent des scientifiques de l'université de Californie. Ils ont mis au point un logiciel informatique, baptisé "SleepServer". Une fois installé sur les ordinateurs de l'entreprise, celui-ci active automatiquement certaines applications dites "légères" lorsque l'ordinateur passe en "sleep mode". La VoIP peut être actionnée, ainsi qu'un programme de messagerie instantanée, ou encore des services de pair à pair. Ainsi, alors que l'ordinateur physique "sommeille", c'est-à-dire continue à consommer peu d'énergie, le poste de travail en lui-même demeure connecté au réseau de l'entreprise.
Transformer les PC en machines virtuelles
En d'autres termes, le logiciel conçu par les chercheurs américains transforme les ordinateurs personnels en machines virtuelles, lorsque leur utilisation ne nécessite que quelques applications basiques. En effet, le logiciel fait fonctionner les applications de manière isolée, sans faire appel aux ressources principales de la machine. "SleepServer permet aux ordinateurs de l'entreprise de rester "endormis" pendant de longues périodes, tout en maintenant une illusion de connectivité au réseau et un semblant de disponibilité", précise Yuvraj Agarwal, l'un des scientifiques responsables du projet.
Des économies conséquentes
Le PC en lui-même ne s'éveille que lorsqu'une requête que la machine virtuelle ne peut traiter lui est adressé. A l'échelle de l'entreprise, cette solution permet de diminuer la consommation d'énergie et d'effectuer des économies financières importantes, affirment les chercheurs. En testant leur logiciel sur trente ordinateurs de leur laboratoire, les scientifiques ont constaté des économies d'énergie de l'ordre de 60 %, par rapport à une situation où les ordinateurs auraient tourné comme à l'accoutumée, 24h/24 et sept jours sur sept. Et les chercheurs affichent une économie de près de 60 dollars par machine et par an en consommation d'électricité.

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas