Un point sur les compteurs intelligents (en Afrique en novembre)

Par 16 novembre 2009

Hier j'ai fait du teasing sur l'article à paraître sur L'Atelier et consacré à VNL. Aujourd'hui, la minute d'auto-promotion est dédiée à Itron, fournisseur franco-americain de solutions de smart metering. J'ai rencontré ce matin Christophe Viarnaud, le patron pour la région Afrique du sud et de l'est. Et me suis ensuite empressée de rédiger un papier sur les initiatives de l'entreprise dans le pays. Comme nous évitons de vous en raconter des tartines sur le site, je n'ai pu rendre compte de la totalité de notre conversation, et me suis focalisée sur le marché sud-africain. Logique. Mais il se trouve que nous avons aussi pas mal parlé des enjeux des compteurs intelligents en général. Bon évidemment, Itron en produit, Christophe Viarnaud n'allait donc pas me dire que cela était inutile. Mais j'ai quand même envie de vous faire part de notre échange, très intéressant.
Alors le blog fera office de session de rattrapage, et voici la retranscription (plus rapide à faire qu'écrire un vrai article, c'est pas tout ça mais je rentre au pays dans une poignée d'heures...).
 
A quels besoins répondront les compteurs intelligents ?
 
Ils permettront d'avoir des informations plus détaillées sur sa consommation électrique, et de la gérer à la demande. Ce qu'il faut savoir, c'est que le compteur fait partie d'un réseau connecté en quasi temps réel à un "smart grid". Chaque compteur est connecté à une plate-forme dédiée par réseau GPRS ou par courant porteur en ligne. Cela permettra d'avoir un retour sur la consommation au point de comptage toutes les 30 minutes environ. Ce qui permet de comprendre ce qui se passe en temps réel et d'offrir des tarifs en conséquence. Aujourd'hui, on sait où distribuer mais pas comment c'est consommé.
 
Plus on est capable de gérer précisément, plus on peut ajuster la distribution. Cela est très important, car l'électricité ne se stocke pas. Ce qui a été envoyé en réserve est gâché si ce n'est pas utilisé. Ajuster permettra des économies importantes et aura aussi un impact au niveau de l'environnement.
 
Quid de la gestion des pics de consommation ?
 
Effectivement, les compteurs auront aussi leur rôle à jouer là-dessus. En cas de demande trop importante, ils pourront réduire la consommation de certains appareils non utilisés. Cela évitera les coupures, l'effondrement du système. On éteint ou on réduit à distance, avec l'accord du consommateur en général.
 
Certains utilisateurs commencent à produire en partie leur énergie, via l'éolien ou le solaire. A l'avenir, on commence même à parler de répartir sur le réseau l'énergie stockée et non utilisée par sa voiture électrique. Autant de sources qui seront prises en compte par les compteurs intelligents ?
 
Oui. Si vous en tant que consommateur vous faîtes du solaire, vous avez besoin d'un système de gestion pour utiliser votre énergie ou la revendre. Les compteurs intelligents seront capables de gérer ces flux. Ils donneront la possibilité de répartir la distribution chez le consommateur entre l'énergie qu'il produit et celle fournie par le distributeur. Ou alors de permettre à l'électricien d'acheter l'énergie non utilisée par le micro-producteur, et de la répartir, par exemple de 10 à 12 heures tous les jours.
 
En ce qui concerne l'énergie stockée par les véhicules elle est très intéressante, car la voiture est seule à pouvoir stocker cette électricité. Souther California Edison par exemple est très axé là-dessus et estime que jusqu'à 5 % de la consommation électrique globale sera générée par les véhicules en recharge, capables de remettre de l'énergie dans le système. Le véhicule se chargera aux heures considérées comme n'étant pas de pointe. En cas de pic, il arrêtera automatiquement de se charger, ou alors sera capable de distribuer son énergie pour que la maison se retrouve quasi auto-suffisante.
 
On commence à parler de ces solutions de gestion. Mais en réalité, on en est encore loin, non ?
 
Aus Etats-Unis, ils sont déjà en mode de déploiement massif. Le pays représente 50 % du marché du smart metering. Plusieurs millions de compteurs sont en train d'êter déployés. Cela est notamment dû à la politique d'Obama pour faire décoller la "green economy". En France, par exemple, nous participons au projet AMM, actuellement en phase pilote. Itron va fournir 100 000 compteurs. Si le test est un succès, un déploiement massif sera entrepris, avec le lancement de 35 000 compteurs par jour.
 
Bon, en vrai, nous avons encore parlé de beaucoup de chose. Mais j'ai un avion à prendre. Quant au rapport avec l'Afrique du sud, vous le comprendrez demain en allant sur le site de L'Atelier.
 

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas