Un réseau social peut en cacher un autre

Par 08 décembre 2008

Le nombre de contacts qu'une personne possède sur un site communautaire ne reflète pas la nature de ses interactions en ligne. Il faut distinguer le réseau étendu, de celui, plus réduit, au sein duquel l'internaute interagit véritablement.

S'il est vrai que les plates-formes communautaires permettent d'étudier les phénomènes de propagation d’idées et de dynamiques sociales, cette propagation n'est pas aussi transparente qu'elle en a l'air. Une récente étude réalisée sur Facebook démontre en effet que les membres de ces réseaux ne communiquent véritablement qu’avec une infime partie de leurs "amis" déclarés. A partir de ces résultats, des chercheurs des laboratoires HP* et de la Cornell University de New York ont réalisé une investigation systématique sur la nature des réseaux sociaux effectifs. Ils ont distingué deux réseaux : l’un très étendu, et l’autre plus restreint, composé de membres avec qui l’on communique vraiment. D’un point de vue marketing, mais également académique et personnel cette découverte n’est pas négligeable.
Le réseau restreint est plus significatif
Elle facilitera la définition des cibles pour assurer une interaction effective. Les chercheurs ont réalisé que le réseau restreint est responsable de l'utilisation régulière de la plate-forme de micro-publication : les usagers qui ont plus d’amis effectifs sont plus actifs. À l’inverse, ceux qui ont un réseau étendu plus important publient de façon plus irrégulière. Cette étude démontre aussi qu’un lien entre deux personnes n’implique pas forcément une interaction. La plupart des liens déclarés sur Twitter n’ont donc que peu de sens, d’un point de vue relationnel. D’où la nécessité pour les marketeurs, les sociologues, les politiques etc. de découvrir le réseau social caché, celui qui sera réceptif à toute transmission d’information, d’idée, de croyance et de mode.
Mesurer l'activité de ses membres
Pour en venir à ces conclusions, les chercheurs se sont notamment penchés sur le fonctionnement de Twitter. Selon eux, peut être appelée "ami" sur ce site"une personne à qui a été envoyé au minimum deux messages". Ils ont ensuite différenciés ces amis listés du réseau étendu. Ce réseau comprend aussi bien les membres dont on intègre les publications sur son Twitt (following) que ceux à qui l’ont fait suivre les siennes (followers). Le constat est que la fréquence de publication (activité) s’épuise vite avec le réseau étendu alors qu'elle reste constante avec les amis. Bref, pour mesurer la nature d'un réseau social, il est adéquat d’observer l'activité de ses membres.
*Social Computing Lab

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas