Un robot en kit contrôlable par le Net

Par 03 décembre 2008
Mots-clés : Smart city

Conçu selon un principe de modularité à la fois matérielle et logicielle, le système robotique LNR sera contrôlable via Internet mais également capable d'effectuer les tâches les plus diverses.

LNR pour "Lipi Networked Robot" : tel est le nom de la nouvelle plate-forme robotique à la fois modulable et contrôlable par Internet développé par des ingénieurs de l'Indonesian Institute of Science. Première caractéristique du système : sa supervision s'effectue par protocole TCP / IP. Tandis que, jusqu'à présent, la plupart des robots en réseau étaient supervisés à distance par radiofréquence, l'utilisateur de LNR n'aura plus besoin d'installer un logiciel dédié sur le terminal à partir duquel contrôler son robot ni de se servir d'une interface de monitoring compliquée. L'unité centrale du système robotique incluant un serveur web, il suffira de se connecter à une adresse dédiée pour pouvoir lui donner des ordres et consulter les données qu'il a recueillies et envoyées par Wi-Fi. Seconde caractéristique du système : son extrême flexibilité, à la fois logicielle et matérielle.
Acquisition et analyse des données
Elle lui permettra d'être facilement configuré pour pouvoir effectuer un nombre indéfini de tâches, de la télémédecine à l'observation des volcans. Le fonctionnement de LNR repose sur deux unités quasiment indépendantes : une unité centrale et une autre intitulée DAPS pour "Data Acquisition and Processing Systems". Chacune de ces unités comporte à la fois du matériel et des logiciels. Dans le premier cas, il s'agit de l'ossature principale du système. Elle prend en charge des fonctions tels que le système d'exploitation et de stockage des données, l'accès au réseau etc. Quant au DAPS, il peut être modulé à souhait selon les usages que l'on veut faire du robot. Le matériel qui y est personnalisable concerne l'acquisition de données, c'est-à-dire au premier chef le type de capteurs dont on souhaite équiper le système : température, humidité etc. Les logiciels modulables seront pour leur part consacrés à l'analyse des données. Ils devront donc être adaptés au type de capteurs utilisés.
Projet open source
Un tel dispositif permettra à l'utilisateur de remplacer un ensemble de capteurs et les logiciels qui y sont associés en fonction de ses besoins. Ce, tout en conservant la même unité centrale. A l'inverse, on peut aussi imaginer que cette dernière soit remplacée par une autre unité qui soit plus appropriée à un site géographique de par sa taille, son type de motorisation etc. Mais cette fois en gardant le même ensemble de dispositifs d'acquisition et d'analyse des données. Le système est d'autant plus flexible que son architecture a été conçue en open source. L'objectif étant d'encourager les ingénieurs et les développeurs à développer les kits DAPS qu'ils souhaitent. Pour optimiser leur système, les chercheurs planchent enfin sur la prise en charge par des logiciels de fonctions traditionnellement imparties au matériel. En réduisant la place des matériels propriétaires dans le système, il s'agit là encore d'optimiser sa compatibilité. Tout en réduisant les coûts de production.

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas