Un smartphone flexible facilite la transmission d'informations

Par 15 octobre 2010
Main tenant une invention

Les laboratoires d'Intel et l'université de Washington proposent un système haptique qui modifie la rigidité d'un ordiphone, en fonction des messages à fournir à l'utilisateur.

Pour permettre aux utilisateurs de téléphone portable d’interagir avec leur appareil sans faire appel aux sens visuels ou auditifs, il faut donner plus d’ampleur au toucher, indique une équipe de scientifiques des laboratoires d’Intel et de l’université de Washington, à Seattle. Les chercheurs proposent de repenser ces appareils, en les dotant d’une coque flexible, dont la rigidité évolue en fonction des actions effectuées par l’utilisateur et des retours transmis par le téléphone. "Il s’agit d’un système haptique qui modifie l’élasticité de la coque pour transmettre des informations sans interactions visuelles", expliquent les scientifiques. Baptisé SqueezeBlock, le dispositif qu’ils ont mis en place intègre un système électromécanique qui génère une résistance continue – programmée au préalable – et des pressions momentanées, pour transmettre des informations à l’utilisateur.

Mesurer la pression exercée par l’utilisateur

Le système se fonde en fait sur la loi de Hooke, pour prendre en compte la force exercée par l’utilisateur et modifier en conséquence l’élasticité de l’appareil. Le prototype conçu par les scientifiques intègre dans une coque en aluminium des capteurs sensoriels, un codeur de position et un système d’engrenage mécanique. L’ensemble permet de mesurer la pression exercée par la main de l’utilisateur. "Ainsi, le programme peut être réceptif aux ‘clics’ effectués par l’utilisateur, et lui fournir un feedback", précisent les chercheurs. Ce dispositif permet différentes applications : en générant une résistance continue, au moment de la consultation d’e-mail par exemple, le système peut exercer une force supplémentaire lorsque le nombre de messages dépasse un certain seuil.

Des signaux haptiques pour les e-mails importants

Le système de clics permet également à l’utilisateur de compter le nombre de messages électroniques importants. L’appareil peut en outre signaler à l’utilisateur que tel message est prioritaire, sans que celui-ci n’ait à porter les yeux sur son ordiphone. Le changement relatif de la rigidité permet toute une palette d’actions : plus la coque est rigide, plus la batterie de l’appareil est chargée, par exemple. Les scientifiques ont soumis leur système à des expérimentations, auprès d’une dizaine de personnes, âgées de 22 à 46 ans. Et selon les résultats de ces tests, les participants étaient tout à fait capables de ressentir les changements de pression de l’appareil au cours des tâches simples qu’ils devaient effectuer.

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas