Un système d'analyse météorologique pour améliorer le trafic routier

Par 14 juin 2010
Mots-clés : Digital Working, Europe

Des universités espagnoles ont créé un système qui informe en temps réel les automobilistes des risques liés à la circulation et au temps. Actif même en cas de panne de communication avec la centrale du trafic.

Créer un système intelligent de gestion de trafic prenant en compte les variables météorologiques, les données sur l'état de la circulation et les conditions de la route. C'est le projet de Meteosafety développé par les Universités Jaume I et Polytechniques de Valence, dans le but de réguler le trafic et de limiter les accidents liés aux conditions météorologiques. La structure proposée est conçue comme un ensemble de systèmes locaux, distribué au sein du réseau routier. Chaque borne locale est composée de différents équipements : des stations météorologiques installées le long des bordures des routes - pour collecter des informations sur l'état du temps - et des capteurs au sol. Etablis le long des voies de circulation, ces derniers permettent de recueillir des données sur la fréquentation routière.
Une liste de priorités d'alerte
Un moniteur de contrôle récolte l'ensemble des données, et les achemine vers la plate-forme du centre de régulation du trafic. Le tout en utilisant des câbles de fibres optiques pour assurer un important débit d'informations en temps réel. La plate-forme a une architecture multi-agents (SMA), et possède un agent de contrôle informatique pour chaque équipement. Seuls les opérateurs de la circulation peuvent avoir accès au système. Les données météorologiques brutes y sont analysées en fonction de leurs valeurs historiques pour en tirer les tendances propres à chaque lieu. Cela permet d'établir les facteurs de risques et dont d'établir un niveau de priorité pour chaque alerte. "Ce qui permet à l'agent de sécurité du trafic de diffuser les informations de sécurité, et de prendre des décisions pour réduire les conséquences du phénomène atmosphérique sur le réseau routier”, explique à L'Atelier Arturo Sáez, chercheur associé au projet.
Des systèmes locaux autonomes
Le moniteur de contrôle est relié à un module RDS-TMC, qui lui permet, de diffuser les messages d'alertes et de recommandations via un canal radio ou sur des panneaux d'affichages standard. Même lorsque la communication entre le centre de régulation et les systèmes locaux serait indisponible. "Ces derniers sont autonomes et possèdent les mêmes capacités d'analyse des données que le centre opérateur", précisent ainsi les chercheurs."Notamment grâce à la liste des priorités d'alertes qui leur permet de prendre les décisions adéquates à chaque situation", expliquent-ils. "Ce système devrait permettre de réduire de 5 à 10 % les accidents de la route provoqués ou aggravés par les conditions météorologiques",soutient Juan José Martinez, chercheur chez Meteosafety. A noter que le projet en est encore au stade de prototype et que les premières versions devraient être en service fin 2011.

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas