Un système de surveillance à distance des malades chroniques

Par 10 juin 2005
Mots-clés : Smart city, Europe

Les patients souffrant de maladies chroniques ont pour la plupart besoin d'une surveillance médicale la plus complète et la plus fréquente possible. Pour eux, le néerlandais Philips Electronics...

Les patients souffrant de maladies chroniques ont pour la plupart besoin d'une surveillance médicale la plus complète et la plus fréquente possible. Pour eux, le néerlandais Philips Electronics et l'assureur Achmea s'apprêtent à lancer le test d'une plateforme de communication, baptisée Motiva, qui permettrait aux patients de prendre contact avec le personnel soignant via l'écran de leur télévision.

D'une durée d'un an, le test doit commencer ce mois-ci auprès de 630 patients souffrant de problèmes cardiaques et suivis par huit hôpitaux de Rotterdam. Ils devront saisir grâce à un boîtier multimédia relié à leur téléviseur, des données comme leur poids, leur taille, leur pression sanguine, leur rythme cardiaque, etc. Soit toutes les informations que ces malades peuvent recueillir d'eux-mêmes, sans l'aide d'un médecin.

L'ensemble des données transitera par Internet jusqu'à un centre de soins dont les infirmiers étudieront chaque cas. Si quelque chose ne va pas, les équipes médicales renverront des informations aux patients sur la conduite à tenir et sur la nécessité ou non d'une hospitalisation. L'objectif, à terme, est de réduire les dépenses de santé...

L'OMS a estimé en 2002 que les maladies chroniques représentaient 85 % des décès recensés en Europe et pensaient jusqu'à 70 % dans les dépenses de santé. Aux Pays-Bas plus précisément, une journée d'hospitalisation coûte environ 640 euros. L'intérêt de l'étude est de considérer dans quelle mesure les assureurs pourraient subventionner l'achat des systèmes comme Motiva. Coûtant entre 40 et 90 euros pièce, ils pourraient permettre de réaliser des économies d'hospitalisation de 15 %.

(Atelier groupe BNP Paribas - 10/06/2005)

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas