Un tissu intelligent pour veiller sur notre santé

Par 25 mai 2007
Mots-clés : Amérique du Nord, Europe

Le projet européen Biotex travaille à l'élaboration de textiles intelligents qui permettraient d'opérer un suivi sur les personnes à la santé fragile...

Le projet européen Biotex travaille à l'élaboration de textiles intelligents qui permettraient d'opérer un suivi sur les personnes à la santé fragile.
 
Comment s'assurer de son état de santé à tout moment? Le projet Biotex (Bio-sensing Textile for health management), financé par l'Union européenne, s'intéresse à cette problématique, et souhaite intégrer des capteurs biochimiques dans les textiles. But de la manœuvre: permettre aux personnes fragiles et aux sportifs de profiter d'un suivi régulier.
 

Des capteurs très attentionnés
 
Les capteurs - électriques, électrochimiques et optiques - seront capables de contrôler les paramètres biochimiques de ces patients d'un nouveau genre. Ces pastilles de détection complèteront des techniques de mesures physiologiques plus classiques (température corporelle, électro-cardiogramme, rythme respiratoire...), en opérant une mesure des fluides organiques.
 
"La principale idée à l'origine du projet consiste à développer des capteurs biochimiques pour trois applications potentielles: [...] la mesure de la sueur (quantité, salinité, pH, présence d'ions spécifiques), […] la détection du niveau d'infection des patients souffrant de brûlures [...] et la mesure des niveaux de saturation du sang en oxygène pour des applications médicales ou sportives", a souligné Isabelle Chartier, membre du Commissariat français à l'énergie atomique (CEA), l'un des partenaires du projet.
 
Ces données peuvent s'avérer très utiles au suivi des sportifs et pour la prévention du risque cardiovasculaire.
 
Un budget de 3,1 millions d'euros
 
Biotex est géré par un consortium de huit partenaires issus de quatre pays différents, parmi lesquels le CEA, les universités de Pise et de Dublin, et deux instituts de recherche dans le domaine de la micro et des nanotechnologies. Commencé en septembre 2005, il devrait être mis sur pieds en février 2009. Son budget est de 3.1 millions d'euros, financé aux deux tiers par l'Union européenne.
 
(Atelier groupe BNP Paribas – 25/05/2007

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas