Une agence du Fonds de Solidarité Numérique à Lyon

Par 05 avril 2004
Mots-clés : Afrique

En décembre 2003 l'Onu décidait la création du Fonds de Solidarité Numérique, dont la finalité première devait être de mettre les technologies de l'information et de la communication au service...

En décembre 2003 l’Onu décidait la création du Fonds de Solidarité Numérique, dont la finalité première devait être de mettre les technologies de l’information et de la communication au service de toutes les populations de la planète. Les statuts de ce fonds ont définitivement été établis vendredi par le ministre de l’information du Sénégal, Mamadou Diop-Decroix, la présidente de la province de Turin Mercedes Bresso, le maire de Genève Christian Ferrazino et le sénateur-maire de Lyon Gérard Collomb.

Le secrétariat du FNS sera installé à Genève, tandis que Lyon accueillera « l’agence internationale pour la solidarité numérique », dépendante du FNS. Le rôle de cette agence lyonnaise sera d’instruire les dossiers présentés au FNS, de faire vivre un réseau d’agences - régionales comme elle et liées de la même manière au FNS - basées sur les cinq continents et enfin d’abriter un comité scientifique chargé des réflexions sur le numérique.

Quelles sont déjà les idées des initiateurs du FSN ? Le prélèvement d’une somme sur l’achat de matériel (informatique, téléphonique…) par les entreprises et les collectivités locales, en contrepartie de l’attribution d’un label FSN. Du côté genevois, l’on plébiscite également un prélèvement, celui-ci d’un euro sur chaque ordinateur vendu. Le maire de Genève Christian Ferrazino a appuyé son projet en rappelant qu’il y a « 600 millions d’internautes dans le monde ».

(Atelier groupe BNP Paribas – 05/04/2004)

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas