Une base de gestion du risque se construit au jour le jour

Par 19 octobre 2007

Analyser les données, c'est bien. Mais encore faut-il se constituer une base d'information suffisante pour que les résultats soient pertinents.

Chaque jour, le Français Altares - résultant de la fusion de BIL et de la filiale française de Dun & Bradstreet - prépare 10 000 rapports de solvabilité (Conformes à Bâle II), ce vers un spectre très large de clients. Pour cela, ce fournisseur dispose d'un référentiel organisé et évolutif, répertoriant cent quinze millions d’entreprises dans le monde. Ces sociétés sont identifiées avec une clé unique : SIRET ou SIREN en France, et D-U-N-S Number à l’international. Cette clé est une condition indispensable d’efficacité et de cohérence des données. La constitution de cette base - premier métier de D&B - a été au fil du temps un vrai casse-tête. Des pays comme la Chine, la Russie et les Etats-Unis n’imposent aucune publication financière à leurs entreprises non cotées en bourse.
30% des données obsolètes tous les ans
Cette base s’enrichit sans cesse. Ainsi, en moins de deux ans, la totalité des entreprises bulgares a été répertoriée, suite à l’entrée dans l’Europe de ce pays. Avec au moins cette information élémentaire : l’existence réelle ou pas de l’entreprise. A partir de ce référentiel, les bases de données des clients Altares sont alimentées de façon automatique et systématique pour leur permettre de faire du tracking et de mesurer le risque lié à chacun de leurs propres clients, conformément aux recommandations dans Bâle II. La constitution du référentiel et la mise en place des flux de transmission vers les entreprises sont complexes. Mais son entretien l’est plus encore. En effet, un tiers des données en moyenne concernant les entreprises répertoriées sont obsolètes chaque année.
Les codifications changent en 2008
Il faut donc, pour garantir la traçabilité des données récentes, réaliser des mises à jour constantes. Il s’en effectue aujourd’hui trente deux par minute ! Mais que dire de la nouvelle version qui attend ce référentiel, le 1er janvier 2008. A cette date le passage de témoin se fera entre la Nomenclature d'Activités Française (NAF rev1) de l’INSEE et le nouveau NAF rev2. Le schéma de codification de la rév1 (4 positions) sera abandonné au profit d'une codification sur cinq positions : soit le code NACE européen à quatre chiffres complété par une lettre spécifique au pays. Pour faciliter la migration de ses clients, Altares va conserver en doublon des codes NAF rev1 et rev2 dans ses bases de données jusqu’au 30 juin 2008, initier des sessions de formation…
Des mises à jours récentes demandent de l'automatisationSpécialiste de solutions de transfert de données, SysperTec connaît bien les mécanismes techniques mis en place pour transmettre aux entreprises des informations à jour issues de prestataires comme Altares, son partenaire. Cet éditeur de solutions de communication commercialise en effet une solution baptisée Synapse (Système Normalisé d’Accès à des serveurs extérieurs), pour faciliter et automatiser les échanges entre systèmes hétérogènes. L'objectif est d'aider notamment les banques à organiser et rationaliser les accès quotidiens à toutes les informations mises à la disposition de leurs collaborateurs dans le cadre de leurs métiers.Collecte, homogénéisation, intégrationL’automate de collecte Synapse s’interface donc entre le poste de travail, les applications métiers et toutes les informations à disposition, dont les bases Altares, ou tierces. Il mutualise l’accès à des données hétérogènes, les restitue en tenant compte des particularités de l’environnement de chaque utilisateur (portail Web, formats personnalisés…) et les rend homogènes pour faciliter leur intégration au sein de son application métier. Synapse assure ainsi une décorellation entre les applications métiers et le système d’accès aux données, qui évite de réviser les processus informatiques de l’entreprise en cas d’évolution des besoins en matière d’accès.
L'Atelier groupe BNP Paribas

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas