Une caméra pilule explore le tube digestif des patients

Par 25 janvier 2008 1 commentaire

Un système de capture vidéo de la taille d'une petite pilule permet de visualiser les parois de l'oesophage d'un patient. La technique s'annonce économiquement avantageuse pour la pratique de l'endoscopie.

Une caméra miniature pas plus grande qu'un comprimé à avaler pourrait venir concurrencer les techniques de fibroscopie (technique d'imagerie médicale) actuelles. Des chercheurs de l'université de Washington mettent actuellement au point un dispositif de capture vidéo pouvant être directement avalé par un patient. Celui-ci est conçu pour la visualisation des parois de l'œsophage afin de prévenir le développement de cancers sur cette partie du tube digestif. "Notre technologie diffère complètement de ce qui est utilisé actuellement. Elle pourrait constituer le fondement de l'endoscopie du futur", a déclaré Eric Seibel, chercheur en ingénierie mécanique.
Endoscopie sans anesthésie
La technologie en question est composée d'une fibre optique assurant une fonction d'éclairage, et de six autres chargées de capturer l'image, le tout étant inséré dans une unique capsule. La transmission des images est assurée via un fil de 1,4 millimètres de largeur. Des tests pratiqués sur l'un des chercheurs impliqués ont montré que l'acte d'avaler cette caméra pouvait être assimilé à celui de l'ingestion d'un comprimé classique. En outre, le volontaire n'aurait ressenti aucune douleur liée à la présence du fil. La possibilité de pratiquer des actes de visualisation intracorporelle sans anesthésie ni utilisation de sédatifs est en vue, indique les universitaires.
Des améliorations à apporter
"Le procédé est si simple qu'il pourrait être réalisé au sein même d'un centre commercial", ajoute Eric Seibel. Une fois ingéré, le dispositif émet trois faisceaux de lumière lasers, rouge, bleu et vert qui, couplés à un mouvement rotatif permettent ensuite de recréer un visuel 2D en couleur. Des images capturées au rythme de quinze par seconde avec une résolution de cent microns, soit une qualité moindre que celle des endoscopes conventionnels. Avec toutefois l'avantage d'une réduction des coûts, selon le chercheur. Les frais liés à la pratique d'une anesthésie ou à la remise de sédatifs disparaissent avec l'utilisation d'une telle technologie. 

Image d'une carte géographique reproduite par la micro-caméra.

L’Atelier groupe BNP Paribas

Haut de page

1 Commentaire

Ce procédé a été adopté par de nombreux hopitaux depuis

Soumis par camera de surveillance (non vérifié) - le 17 juin 2009 à 20h06

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas