Une demande d'accès Internet gratuit a été déposée auprès de l'ART.

Par 04 mars 1999
Mots-clés : Future of Retail, Europe

Principal actionnaire du groupe Serveur, société mère de Le Serveur Internet, un fournisseur de service et d'accès Internet basé à Lyon, Thierry Ehrmann, indique "l'accès Internet gratuit entre 0 et...

Principal actionnaire du groupe Serveur, société mère de Le Serveur
Internet, un fournisseur de service et d'accès Internet basé à Lyon,
Thierry Ehrmann, indique "l'accès Internet gratuit entre 0 et 56 kbits/sec
est nécessaire aujourd'hui, sinon la France accusera définitivement son
retard en matière d'Internet en Europe. L'économie de l'Internet va vite,
très vite. Après les différentes initiatives en Grande-Bretagne, en
Suisse, etc. pour fournir un service Internet gratuit, les fournisseurs
d'accès Internet en France doivent se préparer à cette nouvelle tendance
qui frappera bientôt à nos portes. Nous, on s'y prépare".
Proposant depuis octobre 1998 ses services aux professionnels et aux
entreprises, Le Serveur Internet (http://www.netserveur.fr) commercialise
désormais une offre grand public pour internautes confirmés "@ccès
Internet" : une connexion pour 41 F par mois lors d'une souscription au
service pour un an, 35 F par mois pour une souscription pour deux ans.
Accessible à ce prix sur tout le territoire national grâce à l'offre de
Global Extranet de Transpac, le service a déjà séduit 14 000 personnes.
Ayant réalisé pour 1998 un résultat net de 1 million de F, Le Serveur
Internet prévoit un chiffre d'affaires pour 1999 de 15 à 20 millions de F.
Son principal pari reste bien sûr l'accès gratuit.
"Nous demandons à l'ART de pouvoir offrir un accès gratuit à Internet à un
débit de 56 kbits/sec dans les métropoles de Lille, de Paris et de Lyon où
nous disposons de nos propres POPs. Les deux services évolueront donc
parallèlement : payant sur le territoire et gratuit dans les grandes
métropoles".
70 % des revenus du service "@ccès gratuit Internet" du Serveur Internet
seront issus du reversement d'une partie du tarif des appels entrants RTC
auprès des opérateurs de réseaux, 20 % de la hot-line facturée 2,23 F/mn,
et 10 % de la publicité. Le Serveur Internet compte sur une rémunération
de 1 à 2 F par heure de connexion sur les appels entrants.
En vue d'un profilage des bandeaux publicitaires, chaque nouvel abonné
devra remplir un questionnaire sur ses habitudes de consommation et son
mode de vie.
Le délai de l'approbation de l'ART concernant l'accès gratuit à Internet
ne devrait pas dépasser plus de 2 à 3 mois selon Thierry Ehrmann "on ne
peut pas lutter encore longtemps contre une rémunération des ISP sur
l'appel entrant. Tout le profit généré par le trafic Internet vers les ISP
tombe dans les poches de France Télécom".
(Le Quotidien du Multimédia - 04/03/1999)

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas