Une étude mi-figue mi-raisin concernant les effets du téléphone mobile sur la santé

Par 14 juin 2005
Mots-clés : Smart city

Les utilisateurs inquiets des risques que peuvent présenter pour leur santé les rayonnements émis par leur téléphone mobile peuvent consulter la dernière étude publiée par l'Agence française de...

Les utilisateurs inquiets des risques que peuvent présenter pour leur santé les rayonnements émis par leur téléphone mobile peuvent consulter la dernière étude publiée par l'Agence française de sécurité sanitaire environnementale (Afsse). Cette dernière vient de conduire des investigations sur les publications mondiales ayant fait grand bruit ces derniers mois.

L'une d'entre elles, dont l'auteur est la fondation allemande Verum, avait conclu à la présence d'effets néfastes des ondes émises par les téléphones portables sur l'ADN. Une autre, publiée en avril 2005 par des chercheurs danois établissait qu'il n'y avait à ce jour pas de corrélation prouvée entre l'usage des téléphones mobiles et le développement de tumeurs.

Souhaitant faire le point, l'Afsse a publié un rapport après examen des diverses études publiées sur le plan international, comme les deux précédemment citées. "Le groupe d'experts estime qu'il ne peut pas à ce jour conclure définitivement sur l'existence d'effets sanitaires causés par les champs électromagnétiques des téléphones mobiles".

Un jugement scientifique qui se fonde sur plusieurs faits :

- le manque de recul dans le temps des études épidémiologiques publiées à ce jour sur le cancer
- la contradiction des études publiées sur le sujet ;
- les nouveaux résultats épidémiologiques négatifs issus de Suède concernant d'autres tumeurs de la tête,
- l'insuffisance de données concernant les autres types de maladies ou des populations spécifiques (comme les enfants) ;
- les résultats expérimentaux majoritairement négatifs, et l'attente de données issues des grands projets en cours ("en particulier la perméabilité de la membrane hémato-encéphalique et la copromotion des tumeurs").

Le groupe d'experts préconise donc de conserver une attitude de vigilance scientifique, en attendant en particulier de nouveaux résultats qui devraient émaner de plusieurs études en cours. Le groupe d'experts a par ailleurs recommandé d'amorcer des recherches sur des populations potentiellement plus sensibles (comme les enfants) et de poursuivre les études sur les effets sanitaires éventuels des nouveaux signaux.

Ceci dit, l'Afsse conclut son étude en préconisant d'inciter les populations à diminuer leur exposition au téléphone mobile, qui doit s'appliquer à toute la population, y compris les enfants, les personnes utilisant le téléphone mobile dans le cadre de leur travail, etc. L'Afsse recommande par exemple l'utilisation du kit mains-libres par le plus grand nombre, la création de campagnes d'information auprès des plus jeunes, etc.

Pour en savoir plus et lire l'étude dans son intégralité, cliquez ici .

(Atelier groupe BNP Paribas - 14/06/2005)

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas