Une Europe à haut débit!

Par 27 août 2012 1 commentaire
Mots-clés : Europe, la fibre, web 2.0, Zone Euro
Europe

Pour faire face à la croissance du trafic web, l'Europe se lance dans la création d'infrastructures haut débit.

Il y a quelques jours, je lisais les déboires de la zone euro dans un article des Echos. «La zone euro est en récession, pour trois instituts de conjoncture» A force de voir la presse se concentrer sur la crise qui traverse la première zone commerciale du monde, on en oublierait presque ses nouveaux projets d’infrastructures. L’Europe veut se «fibrer», vite et bien !

Pour faire face à la croissance du trafic Internet qui d’après les experts augmenterait de 40% par an, il faudrait 10 fois la capacité actuelle du réseau filière optique. L’Europe se donne pour objectif d’atteindre 30 Mbit/s en 2013 et 100 Mbs en 2020 accessible partout et par tous. Seulement voilà, le frein économique fait encore des siennes. Le coût d’investissement de ce projet augmenterait de 80%. D’après le CEF (the Connecting Europe Facility), il faudrait débloquer 50 milliards d’euros rien que pour les infrastructures réseaux. On imagine bien à l’annonce de ce chiffre, le haut de coeur des chefs d’Etats qui ont déjà bien du mal à sortir leurs pays du marasme de la dette.

Cependant, une lueur d’espoir éclaircit ce tableau noir. Les résultats avancés par CORDIS, le service communautaire d’information sur la recherche et le développement, montrent que le marché des infrastructures en fibre optique serait porteur d’une création potentielle de 700,000 emplois à travers les 27 pays. Ainsi pour investir, un marché qui pèserait 350 milliards d’euros, l’Europe n’hésite pas à créer des partenariats de réflexion avec les entreprises et les universités. Son but, aboutir rapidement à une solution d'amener le haut débit partout et à moindre cout pour tous.

Haut de page

1 Commentaire

L'article L35-1 des télécommunications en France, donne le plein pouvoir au duo France Télécom et Orange pour décider quel utilisateur sera raccordé a un répartiteur dégroupé.
Le choix se fait par l'adresse postale, une habitation raccordé historiquement à un répartiteur non dégroupé ne pourra bénéficier d'un raccordement à un répartiteur plus performant.
Les conséquences sont très injustes, une habitation ancienne qui est revendue reste raccordé à son répartiteur, même en cas de changement de numéro de téléphone. Ce qui donne lieu à des situations insurportable comme le fait d'avoir entre voisin du Re-ADSL 512K avec filtre DSL si précieux pour Orange, qui ralenti enconre la connexion quand on peut se connecté, avec en prime l'abonnement à la ligne fixe car le débit trop mauvais ne permet pas le dégroupement, alors que votre voison surfe en pleine liberté avec du 8 méga pour moins cher que vous !!!!
Les plaintes à l'ARCEP ne servent à rien, France Télécom et Orange ont la loie pour eux, cette pratique est autorisé en France !
Alors la fibre optique ne changera rien, il faut bien des vaches à lait pour payer !!!!

Soumis par BOIRON (non vérifié) - le 28 août 2012 à 15h33

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas