Quand une panne informatique paralyse tout le trafic aérien du Royaume-Uni...

Par 03 juin 2004
Mots-clés : Smart city, Europe

Outre-Manche, les voyageurs qui devaient décoller ce matin des différents aéroports du Royaume-Uni ont été retardés par un incident ubuesque : une panne informatique a totalement paralysé la...

Outre-Manche, les voyageurs qui devaient décoller ce matin des différents aéroports du Royaume-Uni ont été retardés par un incident ubuesque : une panne informatique a totalement paralysé la majorité des aéroports du pays, comme l’a rapporté la compagnie aérienne British Airways, dont nombre d’appareils sont restés cloués au sol à Londres, à Manchester et ailleurs.

C’est aux environs de 6 heures ce matin qu’est intervenue une panne au niveau du système britannique de contrôle aérien, le « National Air Traffic Services (NATS) ». Selon les porte-paroles de cette entité, l’incident a duré deux heures, avant que le système ne recouvre finalement toute son efficacité. Malgré tout, cette panne a été lourde de conséquences tout au long de cette journée, entraînant des retards d’une à deux heures sur la majorité des vols en partance ou à destination du Royaume-Uni.

Pour répondre à cette situation d’urgence, les contrôleurs aériens ont dû guider les avions à leur atterrissage sans assistance du système informatique.

La rédaction de l’Atelier a contacté l’aviation civile française pour en savoir un peu plus sur cette panne informatique. Visiblement, le système de contrôle a planté lors de sa remise en route, après que des tests logiciels ont été effectués dans la nuit de mercredi à jeudi. La NATS a précisé que les voyageurs n’avaient été aucunement mis en danger par cette panne.

Selon les membres de l’aviation civile française, un tel incident peut se produire en France, mais jamais avec une telle intensité et de telles conséquences sur le trafic. Le système français est en perpétuelle évolution lui aussi et subit au moins une fois par mois une mise à jour, l’installation d’un nouveau logiciel, etc. Seulement, l’aviation civile française dispose de « calculateurs secours », capables de relayer immédiatement un système en panne. Ce dont ne dispose pas la NATS.

Ensuite, le Royaume-Uni dispose d’un traitement centralisé des systèmes de contrôle. En France, les systèmes sont dispatchés dans les cinq centres de contrôle aérien, si bien qu’une panne comme celle qui a eu lieu ce matin ne pourrait en aucun cas toucher la France au niveau national.

(Atelier groupe BNP Paribas - 03/06/2004)

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas