Une petite société de logiciels coréenne, Hangul & Computer Co résiste

Par 28 octobre 1998
Mots-clés : Smart city

au géant Microsoft. Cela fait maintenant près de dix ans, que H & C résiste encore et toujours à Microsoft. Cela rappelle un certain petit village gaulois ….Pourtant début juillet 1998, comme de no...

au géant Microsoft.
Cela fait maintenant près de dix ans, que H & C résiste encore et toujours
à Microsoft. Cela rappelle un certain petit village gaulois ….Pourtant
début juillet 1998, comme de nombreuses PME coréennes, H & C se retrouve
criblée de dettes. Aussitôt, Microsoft se propose d’investir 20 millions
de dollars dans la compagnie en faillite, en réclamant en échange
l’abandon par H & C de son traitement de texte, le Hangul World Processor
qui détient 80 % des parts du marché domestique, contre 11 % pour
Microsoft.
Bien que le contrat soit proche d’être signé, plus de 130 000 surfeurs du
Net s’opposent au rachat, obligeant Bill Gates à renoncer.
Le président de Hangul & Computer, Jhun Ha-jin, savoure sa victoire “nous
sommes l’une des seules entreprises dont le chiffre d’affaire augmente.
450 000 nouveaux clients ont acheté notre produit depuis le mois d’août”.
La bataille étant néanmoins loin d’être gagnée, H & C (128 salariés) doit
réunir pour survivre 1 million de nouveaux utilisateurs. Le logiciel est
vendu sous licence de un an pour 10 000 wons (50 F environ). Toutefois,
son président se défend de tout dumping “pendant quatre mois, les envoyés
de Microsoft ont distribué gratuitement des milliers de versions de leurs
logiciels sur les campus. Nous, nous avons 3 millions de personnes qui
utilisent notre produit, même si pour la plupart il s’agit de copies. Les
gens n’ont pas les moyens de dépenser 500 F dans un traitement de texte”.
En tous les cas, la recette est efficace puisque le Word de Microsoft est
absent de la majorité des rayons du plus grand marché de l’électronique
d’Asie.
La dernière version de Hangul peut produire 10 880 signes de l’alphabet
coréen, idéogrammes chinois compris.
Malgré les prix alléchants, 80 % des traitements de texte utilisés en
Corée sont des copies pirates. L’administration elle-même n’utilise que 28
% de logiciels originaux. Ce grave problème fait réagir les pouvoirs
publics. Le chef de l’Etat a ainsi déclaré “ceux qui font des copies
illégales de logiciels doivent être punis plus sévèrement”.

H & C ayant diversifié son réseau de distribution, les consommateurs
peuvent trouver leur traitement de texte préféré au guichet de la poste,
chez SK Telecom, dans certaines agences bancaires ainsi que dans des
drugstores.
Tout en comptant sur le soutien du gouvernement pour relancer le marché
(l’Etat s’est engagé à investir 71 millions de dollars dans les logiciels
en 1999 lors du renouvellement de son parc informatique), la société
prévoit d’ouvrir son capital à hauteur de 7,5 millions de dollars (plus de
41 millions de F) aux investisseurs intéressés.

Ne restant pas inactif, Microsoft va lancer pour la fin de l’année son
serveur MSN.com en coréen. Pour rester dans la course, H & C propose,
avant deux ans, de mettre sur le marché un serveur en ligne capable de
traduire la conversation de ses abonnés en simultané et en dix langues

Bien que le gouvernement se soit gardé de prendre partie pour préserver la
susceptibilité des investisseurs étrangers, Microsoft a une part de
responsabilité dans son échec. En effet, dans l’un de ses logiciels de
cartographie, les Coréens ont découvert avec horreur un mont Paekdu,
considéré comme le berceau mythique de la nation coréenne, situé en
Chine!!! Autre erreur, un des pilotes de Windows 98 représentait cette
année le drapeau national à l’envers!!!
(Libération 27/10/1998)

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas