Une place de marché pour faciliter le travail de post-production

Par 13 janvier 2010
Mots-clés : Smart city

Le Muppits project propose de créer une plate-forme sur laquelle les professionnels de la production cinématographique et télévisuelle pourront échanger les ressources techniques nécessaire à l'achèvement d'un film.

La post-production d’un film nécessite une collaboration entre différents professionnels, ce qui pose souvent problème lorsque ceux-ci travaillent à distance. Pour simplifier les échanges entre ces collaborateurs, des chercheurs de l’IT Innovation Centre se sont rapprochés des Studios Pinewood. Ils travaillent actuellement sur une plate-forme de gestion de contenus : le Muppits project. Celle-ci consistera en un serveur sécurisé fonctionnant comme une place de marché. Sur celle-ci, les professionnels pourront acheter et vendre les ressources techniques nécessaires à la bonne réalisation de la phase de post-production. Il leur suffira de se connecter à l’infrastructure. Les contenus pourront être cherchés à la fois manuellement par les professionnels, ou automatiquement par les systèmes de traitement.
Simplifier la gestion et l’échange des contenus tout au long du processus
Ce, selon les règles éditées par l'équipe de production, qui suivra le déroulement du processus : transcodage, effets visuels, rendus… L'ensemble des initiatives pourra ensuite être effectué, géré et rémunéré à distance. Les personnes impliquées auront également la possibilité de développer des services, mettre en ligne des contenus, et se servir directement sur le serveur en fonction de leurs besoins. "L'intérêt de ce système, c'est aussi que l'équipe responsable de la production pourra éditer de nouvelles règles et en informer automatiquement tout le monde en quelques clics", explique à L'Atelier Paul Walland, de l’IT innovation Centre. Selon ce dernier, une telle initiative était rendue urgente par la généralisation de contenus numérisés.
BBC partie prenante
Et qui ne constituent plus un média physique, matériel, comme auparavant les cassettes. Les demandes d’opérations de post-production sont de fait plus nombreuses aujourd’hui, et cela augmente le nombre de données qui doivent effectuer des va-et-vient entre les différents acteurs concernés. "La mise en place d’infrastructures technologiques automatisées apportera des améliorations significatives en matière d’efficacité", promet Paul Walland. Plusieurs partenaires ont d’ores et déjà rejoint le projet, comme le Digital TV Group, ou encore la chaîne de télévision BBC.

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas