Une plate-forme de test pour les futurs réseaux mobiles

Par 11 août 2008 1 commentaire
Mots-clés : Digital Working, Europe

La croissance du web mobile exige des réseaux de communications ultra-rapides et fiables. C'était l'objectif du Winner II project : faciliter la mise au point des méthodes de transmission qui représentent l'après-3G.

Plus de trois milliards de personnes possèdent désormais un téléphone portable dans le monde. Autant dire que face à ce succès, les opérateurs et fournisseurs ne cessent de multiplier les services, notamment ceux dits riches : vidéo-téléphonie, Internet sans-fil... En Europe, plus de cent dix millions de personnes accèderaient ainsi au Web depuis leur combiné. Cet engouement pour ces services data implique une qualité optimale des réseaux de télécommunications. C'est pour répondre à ces objectifs que le projet européen Winner II, qui est arrivé à terme il y a quelques mois, a travaillé sur une plate-forme permettant de développer, optimiser et valider de nouvelles technologies de communication data mobiles : les réseaux radio ultra-rapides de nouvelle génération. Les technologies testées par l'équipe permettront de réaliser des communications data mobiles à plus de 100 megabit/seconde.
Un nouveau standard pour l'après 3G
Soit une vitesse bien plus rapide que celle proposée pour le moment par les réseaux fixes en haut-débit. "En résumé, vous pourrez disposer avec les systèmes sans-fil d'une expérience du Net équivalente à celle dont vous profitez chez vous", précise Werner Mohr, de Nokia Siemens Network. Les partenaires cherchent désormais à mettre sur pied le projet Winner +, qui permettra de concrétiser les technologies développées dans le cadre de la précédente mouture. Le projet Winner II a réuni une quarantaine de partenaires différents, parmi lesquels des professionnels des télécoms et de l'électronique, ainsi que des universités. L'initiative repose sur le nouveau standard développé par l'ITU (International Telecommunication Union), et baptisé IMT-Advanced. Celui-ci a pour but d'assurer la cohabitation des nouvelles technologies sans-fil, notamment mobiles, au sein d'un cadre légal.
Redynamiser un marché saturé
Avant le déploiement de l'IMT-Advanced, les responsables du projet ont contribué à la création d'un standard intermédiaire, le LTE. La jouissance de ces nouveaux réseaux mobiles ne devrait pas être effective avant plusieurs années, aux alentours de 2015. Leur mise au point est cependant nécessaire, notamment pour la compétitivité européenne : "en Europe, le marché mobile est saturé. L'Asie croît très rapidement, et fera également face à une saturation de son marché d'ici dix ans", explique Werner Mohr. Et de conclure : "Il devient primordial d'améliorer les capacités des systèmes existants. D'un point de vue industriel, nous devons offrir des solutions innovantes afin de rester compétitifs sur le marché mondial".

Haut de page

1 Commentaire

Je crois que vous avez omis de parler du WiMAX qui est clairement LE principal concurrent de LTE pour le déploiement de la 4G... et qui a surtout une certaine avance...

Soumis par Philippe (non vérifié) - le 12 août 2008 à 15h25

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas