Une puce modernise les systèmes de communication de l'armée américaine

Par 05 novembre 2007

Une puce électronique basse consommation et de petite taille permet d'améliorer les capacités des systèmes satellites de communications du département de la Défense américaine.

(cliquez pour agrandir)Une nouvelle puce électronique à radiofréquence, au coût et aux dimensions minimes, permettrait d'améliorer notablement les systèmes de communication gouvernementaux aux Etats-Unis. "Cette puce en silicone est la première à prendre en charge seize canaux de transmission émettant de 30 à 50 GHz, ce qui correspond à la fréquence de transmission du département de la Défense américaine", explique Gabriel Rebeiz, professeur d'ingénierie électrique à l'UC San Diego Jacobs School of Engineering. Selon lui, la faible consommation énergétique du processeur et sa taille de seulement quelques millimètres sont également sans précédent. Son coût de fabrication, estimé à quelques dollars s'il est commercialisé à grande échelle, permettrait de réduire le coût global de déploiement des réseaux d'antennes, qui peut s'élever à plusieurs centaines de millions de dollars. Le dispositif, commandé par le DARPA (Defense Advanced Research Project Agency), une agence du département de la Défense américaine, s'intègrera aux systèmes de radars et aux satellites de communications pour la défense du pays.
Maîtriser la direction du faisceau
La puce, qui contient des composants électroniques à faible consommation (les CMOS, pour Complementary Metal Oxyde Semiconductor), divise le signal d'entrée en seize canaux différents et permet de diriger le faisceau dans la direction de son choix. Un mode de fonctionnement qui permet de minimiser les interférences entre satellites. "Cette puce compacte qui utilise le beamforming (la formation de faisceaux) innove en matière de taille, de consommation énergétique, de performance et de coût pour les antennes réseaux nouvelles générations dédiées aux systèmes millimétriques de sonde militaires et aux réseaux de communication", souligne un membre du DARPA.
Une application grand public en vue
A terme, il pourra atteindre des fréquences entre 24 et 60 GHz, et se révéler utile dans de nombreuses applications commerciales, comme la transmission d'émissions TV en direct via satellite, ou encore dans des dispositifs ultra performants de transfert de données sans-fil. A noter cependant : la puce n'est pour l'heure capable que de transmettre des informations et non d'en recevoir. La mise en place d'un récepteur reste donc nécessaire. Mais selon Gabriel Rebeiz, qui précise que son équipe travaille actuellement à la mise en place d'un composant capable d'émettre et de recevoir, "notre travail a permis de répondre au problème le plus important : celui du prix". Le système devrait être disponible d'ici trois ans.
L'Atelier groupe BNP Paribas

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas