Une université suédoise se lance dans le paiement via la paume de la main

Par 28 mai 2014
Quixter

Le secteur du paiement sans contact s’enrichit d’un nouveau système biométrique qui se base sur le réseau veineux de la paume de la main pour assurer l’authentification lors d’une transaction commerciale.

Le paiement sans contact n’est plus une innovation aujourd’hui et même s’il a été popularisé et compte environ 23.600.000 cartes de paiement en mars 2014 d’après L’Observatoire du NFC et du sans contact, seul 37% du parc est installé. C’est ainsi que d’autres systèmes se placent en alternative à la technologie NFC afin de fluidifier le processus de paiement. Avec un souci d’authentification et de sécurité croissant, la biométrie suscite un réel engouement. Dernièrement, Quixter, startup suédoise, a développé le premier système de paiement avec la paume de la main basé sur un scanner veineux.

Assurer l’authentification à l’aide du réseau veineux

Développé par Fredrik Leifland, étudiant en ingénierie à l’Université de Lund en Suède, le système de paiement se base sur une information biométrique infaillible : le réseau veineux de la paume de la main. En effet, un scanner veineux PalmSecure développé par Fujitsu permet d’authentifier l’individu sans risques de faille de sécurité et permet un paiement rapide. Il est donc possible de payer dans les commerces équipés d’un terminal Quixter en renseignant les quatre derniers chiffres de son numéro de téléphone pour vérifier le montant prélevé et en présentant simplement sa paume. Les données sont alors authentifiées et enregistrées sur un compte Quixter, qui débitera ensuite le compte bancaire de l’utilisateur deux fois par mois. La startup se rémunère avec un système de commissions sur les transactions.

Un mode de paiement à petite échelle

Le paiement sans contact biométrique a déjà été développé par Natural Security Alliance en partenariat avec quatre banques françaises*, et testé au sein de magasins pilotes. Ce système se base sur la technologie NFC et il est nécessaire de posséder un boîtier spécifique délivré par son agence bancaire afin de procéder au paiement. Il y a donc une différence avec le système Quixter puisque ses utilisateur n’ont pas besoin d’être équipé d’un appareil. Le scanner veineux palmaire est déjà largement utilisé dans d’autres pays, notamment au Japon, dans les distributeurs automatiques de billets. Fredrik Leifland déclare donc "Nous sommes la première entreprise à développer un système de paiement biométrique utilisant le réseau veineux de la paume de la main". Malgré la facilité d’utilisation, diffuser ce système à grande échelle reste complexe pour une startup car il faut coordonner l’activité des banques et des commerces. Les terminaux Quixter sont actuellement utilisés dans 15 boutiques par environ 1.600 utilisateurs, seulement sur le campus de l’Université de Lund.

*BNP Paribas, Banque Accord, Crédit Agricole et Crédit Mutuel Arkéa

 

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas