Union et échange convoqués pour assurer la sécurité sur le web

Par 15 janvier 2009

Après dix mois de travail, l'Internet Safety Technical Task Force a posé les bases pour faciliter la construction d'un Internet plus sûr pour les mineurs.

Le groupe de travail publie son rapport sur l'amélioration de la sûreté des enfants à l'aune des technologies web. Dans cette synthèse, sont issues quelques conclusions. En premier lieu que la technologie joue un rôle mais elle ne doit pas être la seule réponse apportée à l'amélioration de la sûreté des mineurs sur le web. Ensuite, et en sachant que toute solution a ses limitations, le remède le plus effectif ne peut être qu'un mixte de plusieurs outils. Ceux-ci pourraient d'ailleurs mieux collaborer si un langage standard commun leur permettait de partager l'information.
Efficacité = alliance et communication
Pour avoir des effets maximaux, toutes ces technologies doivent être suffisamment peu onéreuses pour pouvoir être achetées et déployées par tous les utilisateurs potentiels. Les experts rappellent alors que les mesures de sécurisation doivent tout de même être balancées avec le respect de la vie privée et de la sécurité des informations des utilisateurs. L'organisation dirigée par le Berkman Center for Internet & Society de l'école de droit de Harvard rappelle a mené ce travail depuis février en partant de deux constats. Le premier est que pour les jeunes, Internet est un espace positif en termes de socialisation d'apprentissage et de prise d'engagements.
Des comportements deviennent visibles
Le deuxième, que cet usage comporte aussi des risques. Le groupe de travail, qui comprend des éditeurs de contenus de logiciels et prestataires (AOL, Comcast, Facebook, Google, Symantec, Verizon, etc.) reconnaît que ces risques ne sont pas si différents que ceux encourus "off-line". À la différence notable que le web fait passer ces dangers du local au mondial. En outre, des comportements problématiques autrefois cachés deviennent visibles du fait des connexions au réseau et des traces qu'elles laissent.

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas